Bring back our girls

Le 24 avril 2014, 244 lycéennes nigérianes ont été enlevées par la secte islamique Boko Haram. Il a fallu près de deux semaines pour que la presse internationale s’empare de l’affaire. Deux semaines à l’issue desquelles une campagne de soutien, reprenant le slogan des manifestations organisées au Nigeria pour les libérer, « Bring Back Our Girls », ce qui signifie « ramenez nos filles », a agité la toile. Il y a eu plus de 2 millions de tweets enregistrés.

Bring back our girls in different languages - ©UNESCO Africa https://www.flickr.com/photos/unescoafrica/14294844203/
Bring back our girls in different languages – ©UNESCO Africa https://www.flickr.com/photos/unescoafrica/14294844203/

De nombreuses célébrités comme Chris Brown, Hillary Clinton et Angelina Jolie leur ont exprimé leur soutien.

Le 14 mai Boko Haram a publié une vidéo montrant les jeunes filles voilées, récitant des passages du Coran et disant, sous la contrainte, qu’elle s’étaient converties. La secte demande la libération de certains de ses prisonniers en guise de monnaie d’échange. Dans le monde, comme en France (17 mai), plusieurs sommets se sont tenus pour « décider du sort des adolescentes ». Plusieurs syndicats lycéens ont appelé, par exemple, à respecter une minute de silence pour ne pas les oublier.

Middle Collegiate Church - © priceless photos https://www.flickr.com/photos/bigpix/14210345433/
Middle Collegiate Church – © priceless photos https://www.flickr.com/photos/bigpix/14210345433/

Quelle peut être la suite  de cette histoire ?

Le 27 mai 2014 les 200 jeunes Nigérianes enlevées auraient été localisées. « La bonne nouvelle pour les parents des filles est que nous savons où elles sont, mais nous ne pouvons pas vous le dire », a déclaré Alex Badeh, un haut gradé de l’armée nigériane, qui précise : « Mais là où elles sont détenues, pouvons-nous y aller par la force ? Nous ne pouvons tuer nos filles en essayant de les récupérer », a-t-il ajouté. Affaire à suivre donc !

Marie-Elisabeth Hollin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *