Un voyage autour de la Terre

Le 17 novembre dernier, Thomas Pesquet s’est envolé pour la Station Spatiale Internationale (ISS). Avec ses deux collègues : Peggy Whitson et Oleg Novitski respectivement américaine et russe, Thomas Pesquet a rejoint l’ISS pour un séjour de six mois. Baptisée Proxima 50, cette expédition a pour but de réaliser des expériences scientifiques et des opérations de maintenance de l’ISS.

Continuer la lecture de « Un voyage autour de la Terre »

Je voulais juste vivre

Une jeune nord-coréenne du nom de Yeonmi Park nous raconte une histoire touchante : son histoire. Quel échappatoire a-t-elle trouvé pour sortir de son pays ? Comment a-t-elle enduré la misère et le malheur pendant tant d’années ? Bien plus que l’histoire d’une jeune femme, c’est aussi un livre nous expliquant la vie quotidienne en Corée du Nord et le système politique et social au sein du « pays ermite »,  pays le plus fermé au monde.

Yeonmi Park décrit le long parcours que fut sa fuite vers la liberté, de son enfance à aujourd’hui. De la Corée du Nord à la Chine en passant par la Mongolie, Yeonmi grandit au fil des étapes, se construit petit à petit et devient plus forte.

Grâce à cette autobiographie, elle trace le portrait de ce que peu de personnes connaissent : la vie en Corée du Nord, « Une dictature à la fois émotionnelle et physique qui régit chaque aspect de votre vie ». Elle décrit aussi la vie en Chine en tant que réfugiée et dénonce les trafics d’êtres humains dus à la vague d’immigration venant de Corée du Nord. 

yeonmi – © Flickr Gage Skidmore

Yeonmi Park a écrit ce roman à la suite de plusieurs interviews et sommets internationaux prônant la justice et les droits de l’homme. Elle s’illustre notamment lors de la conférence One Young World, où elle raconte son histoire et dénonce les crimes contre l’humanité en Corée du Nord.

Je vous laisse visionner la vidéo du discours qu’elle a prononcé pendant cette conférence

Marie Izdag

La Timidité Des Cimes

Suite à notre sortie au Parvis qui avait pour but de découvrir ce lieu culturel, nous avons eu l’occasion d’interviewer Magali Gentet, la responsable déléguée du Centre d’art.

Retrouvez cette interview en vidéo.

Plastic Reef, récif de plastique, est une œuvre réalisée par Maarten Vanden Eynde en 2012 avec du plastique et des matériaux divers qu’il a fait fondre. Elle représente les déchets polluants que peuvent produire les humains. Cette œuvre fait référence au « sixième continent », masse de déchets s’agglutinant dans l’océan Pacifique faisant six fois la taille de la France. A première vue, de loin, le spectateur aperçoit une masse ressemblant à du corail grâce aux couleurs vives. De plus près, il se rend compte que ce sont des objets en plastique qui forment cette « barrière ». Vanden Eynde a donc volontairement voulu surprendre. Au fil des expositions, l’œuvre prend du volume ! En effet cette œuvre est modulable et s’agrandit chaque fois qu’elle est transportée.

Kyklos est une création réalisée par Charlotte Charbonnel en 2015. Les matériaux qui la composent sont : de l’eau, du pigment, du bois, de l’ardoise et un système hydraulique. De loin, cette œuvre fait penser à un morceau de diamant ou à de la roche volcanique. En s’approchant, on découvre une vasque remplie d’eau au centre de laquelle s’active un tourbillon incessant qui fait penser à celui d’une baignoire. Un léger bruit de moteur s’échappe de Kyklos dû au tourbillon.

Camélia Addi & Hadrien Mothe

Boys don’t cry

Boys don’t cry, roman de Malorie Blackman publié en France aux éditions Macadam, raconte la vie de Dante, un adolescent ordinaire de dix-sept ans. Le roman commence alors que le garçon, anxieux, attend le facteur censé lui apporter les résultats de ses examens, passeport pour l’université. Cependant, ce n’est pas le facteur qui se présente à la porte mais Mélanie, son ancienne petite-amie. Avec elle, un bébé. Un bébé qu’elle dit être de Dante. Et avant que celui-ci n’ait le temps d’encaisser la nouvelle, il se retrouve père célibataire d’Emma, une petite fille de onze mois.

Tout cela va bouleverser bien évidemment la vie de Dante, mais aussi celles de son père et de son petit-frère Adam. D’autant plus que son père le force à prendre ses responsabilités envers la petite, alors que lui ne rêve que de fuir…

Mon engouement pour ce roman provient en grande partie des personnages très attachants. Dante est un garçon qu’on ne peut qu’apprécier. Ses réactions, du début à la fin, sont exactement celles de la plupart des adolescents de son âge. De même, on ne peut que ressentir ses peurs ou bien encore l’amour qu’il porte à ses proches. L’autre personnage donnant de l’intérêt au roman est le petit frère Adam, un adolescent de seize ans homosexuel. La façon dont l’auteure présente les points de vue de ce garçon réussit à piquer la curiosité du lecteur.

Pour résumer, ce livre est pour  moi un grand coup de coeur ! Malorie Blackman parvient à parler de sujets parfois tabous comme l’homosexualité, les adolescents devenant parents avec originalité et une justesse incroyable.

Pour finir, une citation : « Les garçons ne pleurent pas mais les hommes, oui ».

Marie Parent

Moi, Daniel Blake de Ken Loach

Moi, Daniel Blake est un film britannique réalisé par Ken Loach et Palme d’or au Festival de Cannes 2016.

Du titre éponyme, Daniel Blake est un menuisier de 59 ans qui ne peut plus travailler suite à la découverte d’une maladie cardiaque. Il n’a pas eu accès aux  indemnités d’invalidité et doit donc faire appel pour les toucher. Cependant, durant cette période, sans ressources et pour pouvoir percevoir les allocations chômage, il doit prouver qu’il est à la recherche d’un emploi sous peine de sanctions. Durant ses péripéties au « Job Center », l’homme croise le chemin d’une jeune femme nommée Katie et mère de deux enfants. Elle a dû quitter sa ville d’origine pour que sa famille puisse bénéficier d’un logement social. Daniel et Katie décident donc de s’entraider de manière à lutter contre les aberrations du système administratif britannique.

Nous avons adoré ce film, le personnage principal Daniel Blake nous fait passer en l’espace d’une seconde du rire aux larmes. Il est pris dans l’étau de cette administration et perdu dans la société moderne. Daniel Blake est un personnage très touchant à la fois commun et héroïque qui nous rappelle une valeur essentielle : aider son prochain. Ce film social et humaniste nous pousse à la révolte contre une société qui cherche à faire rentrer les individus dans des moules. Nous vous conseillons vivement d’aller voir ce film émouvant.

Lucie Barresi et Mali Ladeveze