Haikyuu !!

Scénario et dessins : Haruichi Furudate

Studio : Production I.G

Nationalité : Japonaise

Genre : Sport, comédie

Nombre d’épisodes : 48

Date de parution : 2014

©http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2F2O_O9Beh4Yw%2Fmaxresdefault.jpg
©http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2F2O_O9Beh4Yw%2Fmaxresdefault.jpg

Résumé : Malgré sa petite taille, Hinata Shoyo n’a plus qu’un seul rêve : devenir le champion d’une équipe de volley. Problème : aucun garçon de son collège n’est intéressé par ce sport. Hinata décide donc de s’entraîner tout seul et tente à tout prix de convaincre ses amis , déjà inscrits dans d’autres clubs, de venir participer à un tournoi. Après beaucoup d’efforts, il arrive enfin à les convaincre en 3ème.

D’un autre côté, Tsukishima Toyo est un collégien pratiquant le volley depuis son plus jeune âge. Considéré comme un passeur hors-norme, il est détesté par ses coéquipiers, du fait qu’il soit trop sévère, exigeant, et ne trouve pas d’attaquant assez doué pour frapper ses passes.

Premier match de tournoi, victoire écrasante et logique de l’équipe de Tsukishima sur celle d’Hinata, ce dernier étant le seul maîtrisant à peu près le volley dans son équipe.

Un an plus tard, Hinata arrive au lycée Karasuno, connu pour avoir eu un passé marqué par le volley mais en déclin depuis quelques années. Quelle ne fut pas la surprise d’Hinata de voir, en arrivant dans sa nouvelle équipe, son ancien adversaire Tsukishima !

Un attaquant qui ne pouvait pas briller à cause de ses coéquipiers et un passeur n’ayant pas encore trouvé l’attaquant idéal. Serait-ce la rencontre dont ce lycée avait besoin pour retrouver son prestige d’antan ?

©http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2FqQIheIpVU_s%2Fmaxresdefault.jpg
©http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fi.ytimg.com%2Fvi%2FqQIheIpVU_s%2Fmaxresdefault.jpg

Avis personnel : Vos seules et uniques références en volley sont vos souvenirs d’EPS ? Haikyuu !! risque de vous faire passer du niveau d’amateur à celui d’un expert en seulement quelques épisodes !

Comme tout animé de sport, le but est de se détendre et de suivre l’histoire des héros. Ici, contrairement à des animés d’actions, les risques sont minimes : le pire qu’il puisse arriver c’est de perdre le match ou de se blesser pendant plusieurs mois. Et Haikyuu !! a très bien compris ce principe, même s’il y a évidemment un grand nombre de moments forts où l’on est traversé par beaucoup de sentiments (excitation, frustration, joie…) sans quoi l’animé n’aurait aucune intensité, c’est quand même la comédie qui est au centre de cet animé. Il est d’ailleurs rare de ne pas rire durant un épisode entier, pendant les matchs y compris !

Les personnages sont très attachants et chacun avec des personnalités différentes. Vous allez forcément trouver votre personnage préféré ! Cependant petit problème pour ces personnages qui sont parfois trop des caricatures d’eux mêmes, à part certains qui se démarquent, beaucoup sont classiques : le capitaine, moyen à tous les postes, qui se sert surtout de sa tête, l’attaquant de 2 mètres en manque de confiance et le défenseur de 1m60 qui lui en a beaucoup trop… Les animés de sport ont beaucoup de mal à ne pas faire des personnages classiques et le souci est que chacun de ces personnages a tendance à répéter souvent le même genre de phrases, en fonction de son trait de caractère. Heureusement, comme dit plus haut, certains se démarquent et sont très intéressants.

Les dessins et l’animation sont vraiment de bonne qualité ce qui rend les matchs très agréables à regarder. Ces matchs d’ailleurs, qui contrairement à d’autres séries, ne s’éternisent pas et durent environ un ou deux épisodes chacun, à part les plus importants qui vont jusqu’à quatre ou cinq épisodes, ce qui reste tout de même raisonnable. La bande son est également très satisfaisante !

Pour conclure, Haikyuu !! arrive à nous faire accrocher à l’univers peu connu du volley. Cet animé arrive à remplir toutes les qualités demandées pour un manga de sport : des héros attachants, des situations hilarantes, des matchs intenses… et surtout un animé qui se regarde pour se détendre et sans se prendre la tête. Un des meilleurs animés dans son genre !

Samuel Quentin

Le Cosplay

Le cosplay (コスプレ, kosupure), composé des mots anglais « costume » et « playing »,  est un mouvement  directement importé des Etats-Unis. Il consiste à jouer le rôle de ses personnages préférés (héros de mangas, d’animation japonaise, de tokusatsu, de films, de jeux vidéo ou encore de comics) en imitant leurs costumes, leurs cheveux et leur maquillage. On appelle les pratiquants de ce mouvement  des cosplayers.

©World Cosplay Summit, 2014

Cette pratique est née aux États-Unis, créée par les fans de Star Trek puis de Star Wars qui se costumaient en personnages pour la sortie des films, mais a connu une très grande expansion au Japon, pays qui organise désormais un événement international, le World Cosplay Summit, à l’initiative de la chaîne Aichi Television Broadcasting et de la Japan expo à Paris.

©Laetitia de Germon, France Info
©Laetitia de Germon, France Info

 

Chloé Lavieille

Soul eater

Scénario et dessins : Ohkubo Atsushi

Studio : BONES

Avec les voix françaises de : Celine Rotard, François Creton, Jessie Lambotte…

Nationalité : Japonaise

Genre : Action, aventure, comédie

Nombres d’épisodes : 51

Date de sortie : 2008

SE-BG02©loverlike15 - https://www.flickr.com/photos/loverlike15/3092863750/
SE-BG02©loverlike15 – https://www.flickr.com/photos/loverlike15/3092863750/

Synopsis : « Une âme pour demeurer saine n’a qu’un seul besoin, c’est de vivre dans un esprit sain, lui même vivant dans un corps sain. » Voila le précepte sur lequel repose le monde de Soul Eater. Ceux qui le suivent pourront vivre tranquillement et rester dans le droit chemin alors que ceux qui ne le suivent pas se transformeront peu à peu en monstres se nourrissant uniquement d’âmes saines. Les seuls qui puissent arrêter ces âmes perdues sont les Meisters, des combattants maîtrisant des armes humaines…

Nous suivons l’histoire de trois Meisters et de leurs compagnons :  Maka, une jeune élève modèle, accompagnée de sa faux, Soul, un garçon qui s’est fixé pour objectif d’être le gars le plus cool du monde ! Blackstar, le ninja égocentrique armé de la timide et douée Tsubaki et enfin Death the Kid, qui a pour passion la symétrie et pour armes les deux sœurs Thompson qui peuvent prendre la forme de revolvers. Ensemble, ils combattront les âmes impures pour protéger celles qui sont saines.

Avis personnel :  Soul Eater est un animé vraiment plaisant à regarder. Tant pour son histoire que pour ses graphismes qui, pour moi, en plus d’être très originaux, sont très beaux et de bonne qualité. Cette originalité, on l’a retrouve d’ailleurs dans le scénario avec ce concept d’armes humaines, qui est plutôt bien trouvé. L’animé est basé sur deux thèmes principaux : d’abord l’humour et la comédie qui occupent une place très importante avec beaucoup de scènes hilarantes, même dans des situations sérieuses, dans le but de détendre l’atmosphère. Puis les combats, qui sont accompagnés d’une bande-son  et d’une animation superbe.

En ce qui concerne les personnages, un petit bémol pour l’héroïne, Maka, qui tombe un peu trop dans les clichés de l’enfant modèle, pas toujours sûre d’elle…  Pour les autres, rien à redire : de Blackstar qui se prend pour un dieu à Death the Kid qui tombe en dépression quand quelque chose n’est pas symétrique, ils nous font rire et sont tous très différents ce qui fait que chacun peut trouver son ou sa préféré(e).

Pour les épisodes, il n’y en ni trop ni pas assez, tout juste le bon dosage. Et pas le temps de s’ennuyer pendant la durée d’un épisode, vous serez soit en train de rire soit concentré sur une scène de combat intense. Pendant ces 51 épisodes, nous suivons nos héros dans différentes petites histoires tout en gardant un adversaire principal pour l’affrontement final qui conclue l’animé.

Pour résumer, je dirais que ce qui fait la force de Soul Eater, c’est ce monde dans lequel il nous transporte, ses personnages attachants dont on a envie de suivre l’histoire et cette atmosphère calme et accueillante qui règne du début à la fin. En bref, un animé assez peu connu que je conseille fortement.

Samuel Quentin

Bleach

Scénario  : Tite Kubo

Studio : Studio Pierrot

Avec les voix françaises de : Vincent de Bouard, Françoise Escobar, Nicolas Beaucaire…

Nationalité : Japonaise

Genre : Action, aventure, fantastique, comédie

Nombre d’épisodes : 366

Date de sortie : 2004

Bleach -  Scott Ingram - ©  https://www.flickr.com/photos/scingram/87949885
Bleach – Scott Ingram – © https://www.flickr.com/photos/scingram/87949885

Synopsis : Vivant avec son père et ses deux sœurs, Ichigo Kurosaki est un lycéen de 15 ans qui mène une vie « presque » normale. En effet, hormis le fait qu’il ait les cheveux d’un orange assez clair et qu’il ait une certaine tendance à se battre, il peut depuis tout petit voir et toucher les morts. Etant souvent persécuté par les autres de son âge, Ichigo passe le plus clair de son temps à rendre des services à ces fantômes. Dans ce monde que les humains ne peuvent pas voir, les shinigamis (dieux de la mort) ont pour mission de purifier l’âme des morts et de les envoyer à la « Soul Society » mais aussi de combattre les hollows, des monstres se nourrissant d’humains. C’est d’ailleurs à cause d’un de ces monstres que la mère d’Ichigo est morte en tentant de le protéger quand il était petit… S’étant habitué à cela, Ichigo connait une vie assez tranquille jusqu’au jour où Rukia Kuchiki, une shinigami, débarque chez lui dans le but de le sauver, lui et sa famille, d’un hollow qui cherche à les tuer. N’ayant pas assez de force pour tuer le monstre, Rukia décide de donner une partie de ses pouvoirs de shinigami à Ichigo, qui à sa grande surprise, ne prit pas une simple partie mais tous les pouvoirs de Rukia. Devenu shinigami à son tour, Ichigo forme un duo avec Rukia dans le but de faire la chasse aux hollows !

Bleach - Scott Ingram - © https://www.flickr.com/photos/scingram/97581687
Bleach – Scott Ingram – © https://www.flickr.com/photos/scingram/97581687

Avis personnel : Si Bleach est un des shonen les plus célèbres ce n’est pas pour rien ! Même si l’histoire paraît un peu classique et banale au début, on s’y accroche assez bien et elle devient de plus en plus intéressante au fil des épisodes, comme les dessins et les graphismes d’ailleurs, qui au début peuvent faire un peu mal aux yeux mais qui s’améliorent très vite. L’humour est bien présent et occupe une place assez importante dans l’animé, même dans les situations qui « paraissent » sérieuses. Pour les amateurs de combat, vous allez être ravis : ce manga en est rempli ! Que ce soit avec le héros ou non, on trouve énormément de situations de combat toujours plus intéressantes et impressionnantes les unes que les autres. Il arrive parfois que le combat dure un peu à cause d’un méchant qui ne veut pas mourir, cas de figure plutôt rare cependant.
Une des choses qui m’a déçu dans Bleach est que les amis proches du héros sont peut-être un peu trop conventionnels : le gros balaise qui n’exprime pas ses sentiments, l’intellectuel à lunettes du groupe qui se bat toujours en utilisant davantage sa tête que ses muscles ou encore la belle fille dont le héros est amoureux, qui ne sait pas se défendre et qui, dans les combats, passe le plus clair de son temps à répéter (ou plutôt à crier) le nom du héros…
En revanche, pour ce qui concerne le héros et les autres personnages comme les shinigamis, c’est une autre histoire, ils sont très nombreux et on peut s’y perdre au début mais tous ont des personnalités assez différentes, ce qui fait que tout le monde peut trouver le ou les personnage(s) qui lui plaît.
Pour ce qui est des épisodes, il ne faut pas se décourager juste en regardant leur nombre : d’abord parce qu’il n’est pas vraiment significatif car il comprend les hors-séries plutôt nombreux, ensuite parce que les épisodes passent assez vite, on ne s’ennuie vraiment pas et on aimerait bien une suite quand on est arrivé au dernier. D’ailleurs pour ceux qui le désirent, la suite est disponible dans les mangas version papier mais l’animé est en pause depuis maintenant quelques années.
Les musiques, assez tranquilles pour la vie de tous les jours ou  tristes pour les moments d’émotion, passent à du bon rock pour les combats. En tout cas, elles sont toutes bien travaillées et donnent plus d’intensité à l’animé.
Pour conclure, je dirais que Bleach qui, à première vue, a l’air d’un manga ordinaire, se démarque par sa capacité à nous faire rentrer dans l’histoire, à s’attacher à certains personnages, à nous faire rire dans des situations improbables et à nous faire voyager dans cet autre monde qu’est le monde des morts. En bref, un très bon animé !

 

Samuel Quentin

L’attaque des titans

Résumé :

107 ans avant les péripéties du présent qui nous sont contées dans le manga, nous apprenons que les titans, des créatures géantes à formes plus ou moins humaines, dont le seul but est de dévorer un maximum d’hommes, ont presque décimé l’humanité. Les rares survivants des carnages de leurs attaques ont établi leur protection sous la forme de trois murs formant trois cercles les uns à l’intérieur des autres, murs de plusieurs dizaines de mètres de haut, seuls abris qu’ils aient pu établir.

Le personnage principal du manga se nomme Eren. Il évolue plus d’un siècle après la précédente attaque des titans, dans une époque où les hommes restent traumatisés par leur captivité dans ces murs ; murs dont personne ne sort jamais, à l’exception de quelques escouades militaires chargées de la sécurité et des rations des civils vivants derrière les murs de protection. Eren est un jeune garçon, apparemment plusieurs fois traumatisé dans son enfance et quotidiennement témoin des pertes que ses semblables continuent de subir à cause des titans. Après une nouvelle attaque de ces derniers, le premier des trois murs circulaires de protection cède, obligeant les enfants, dont Eren et son amie d’enfance Mikasa, à fuir pour bénéficier de la protection du second mur. Une nouvelle ellipse arrive alors, et quelques années plus tard, lorsqu’ils sont tous deux devenus des adolescents, ils se sont engagés dans les forces armées chargées de protéger les civils et seuls autorisés à se déplacer hors des murs.

Le premier tome relate la situation initiale et la nouvelle attaque des titans, qui désormais s’attaquent au deuxième mur et sont face à l’escouade, dont Eren et Mikasa font désormais partie.

Shingeki no Kyojin - L'attaque des titans - ©François - https://www.flickr.com/photos/phantase/14582913839
Shingeki no Kyojin – L’attaque des titans – ©François – https://www.flickr.com/photos/phantase/14582913839

Mon avis :

L’Attaque des Titans est un manga agréable à lire et intéressant, il présente évidemment des caractéristiques du shonen, surtout à travers le personnage d’Eren, mais cela dit, il sort du lot habituel pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, les mangas de ce genre ont tendance à être tout public, ce qui ne les empêche pas de traiter de questions plus profondes. Il semble flirter avec les limites du genre, puisque de nombreuses images lors des attaques sont plus violentes qu’à l’accoutumée. Parfois, un personnage qui paraît important meurt de manière très directe… Les mangaka semblent s’amuser avec leurs lecteurs, et parviennent à nous surprendre à plusieurs moments dans l’histoire.

Outre la violence qui est plus présente mais toujours bien dosée, les dessins sont également un élément qui différencie ce manga des autres. En effet, les hommes, ici, ont des traits plus réalistes, et les émotions représentées sont plus marquées que dans d’autres mangas.

Il y a aussi la représentation graphique des titans qui colle à leur rôle dans l’intrigue : ils sont quadrupèdes, ont des visages qui ressemblent assez à ceux de personnages humains, mais le dessinateur s’est arrangé pour travailler leur forme afin de la dénaturer assez pour créer des corps à la fois ressemblants et étrangers, qui amènent ainsi un sentiment d’angoisse à la vue de ces créatures.

Les expressions des titans renforcent également cette sensation, ils ont des visages peu expressifs qui font froid dans le dos : ils sont dénués d’humanité et rigoureusement insensibles à quoi que ce soit.

Les personnages, quant à eux, restent tout de même dans le cadre habituel des personnages de shonen, particulièrement Eren, qui a subi des traumatismes dans son enfance, comme des attaques de titans, qui l’ont motivé pour rejoindre les forces armées luttant contre eux. Mikasa, son amie d’enfance, est plus originale, c’est une fille qui représente un personnage secondaire, pour le moment, même si elle parait  forte et déterminée. Il est  plaisant de rencontrer un personnage, surtout féminin, qui casse le stéréotype habituel de la fille très faible, amoureuse du héros et tout juste bonne à prononcer trente-six fois son prénom quand il en bave dans son combat contre l’ennemi. Elle s’avère puissante et incarne assez bien un personnage charismatique.

C’est aussi un manga qui traite des émotions humaines très fortes lorsque les personnages sont en proie au désespoir, lorsque les morts se multiplient ; et même des émotions moins fréquentes sont représentées : l’égoïsme des personnages quand ils se rendent à l’évidence du sacrifice des autres nécessaire pour leur propre survie. En fait, les mangaka n’épargnent aucune des émotions que nous pouvons ressentir lorsque nous sommes poussés dans nos retranchements, aussi ridicules ou pitoyables soient-elles, tout en les représentant de manière plutôt fidèle, donc difficiles à regarder en face.

Et enfin, l’atmosphère change elle aussi, elle est plus adulte que celle d’autres mangas : cette ambiance fin du monde est, certes, très exploitée dans énormément de livres, films et aussi mangas, mais celle-ci repousse vraiment certaines limites. On n’hésite pas à tuer de nombreux personnages pourtant apparemment importants et à expliquer à quel point la situation devient de plus en plus désespérée.

Pour résumer, l’Attaque des Titans est un manga qui sort un peu de l’ordinaire, il est plus violent que les autres mangas du même genre, les dessins peuvent contribuer à l’angoisse du lecteur. Ceci dit, les personnages, à part peut-être Mikasa, demeurent plutôt ordinaires. Et l’ambiance fin du monde reste bien dosée. La sortie au cinéma de l’Attaque des Titans est prévue pour l’été 2015.

Camille Barré

One piece

Scénario et dessins : Eiichirō Oda

Avec les voix françaises de : Vincent Barazzoni, Antoine Nouel, Naïke Fauveau, Marc Bretonnière…

Nationalité : Japonais

Genre : Action, aventure, comédie

Nombres d’épisodes : 653

Date de sortie : 1999


Synopsis :

Nous nous trouvons dans « l’âge d’or de la piraterie ». Cela fait vingt-deux ans que le roi des pirates, Gold Roger, a été exécuté en public, laissant derrière lui un fabuleux trésor, le « One piece ». Depuis, de nombreux pirates se sont aventurés en mer afin de trouver ce trésor et devenir ainsi les nouveaux rois des pirates. Luffy, un jeune garçon qui vit sur une petite île et qui a un jour mangé un fruit du démon qui l’a rendu élastique, rêve lui aussi de devenir le nouveau roi des pirates. Partant seul de son île, il ne tarde pas à se faire des coéquipiers pour l’aider dans son aventure. Avec son équipage et son chapeau de paille, il compte bien devenir l’homme qui découvrira le « One piece » !

One Piece - © Muhammed Ahmed Khan /www.flickr.com/photos/ahmedkhan123/3978242249
One Piece – © Muhammed Ahmed Khan
/www.flickr.com/photos/ahmedkhan123/3978242249

Avis personnel :

One piece a été le premier manga que j’ai regardé. Mélangeant très bien l’humour, les combats et l’aventure, c’est un manga très complet et très plaisant à regarder. On s’attache vraiment vite au personnage de Luffy et à tout son équipage. Les dessins et les graphismes ne sont pas spectaculaires au début (normal, vu l’année !) mais ce n’est pas très gênant, d’autant qu’ils s’améliorent vite au fil des épisodes. En revanche, un des défauts de One piece, est le fait que ce soit très long (653 épisodes) et je pense que c’est encore loin d’être fini (un bon filon pour le créateur !). Autre défaut, les derniers épisodes sont, de mon point de vue, parfois un peu moins travaillés ou moins intéressants que les précédents.
Mais si vous aimez bien vivre de grandes aventures, rire des bêtises d’un capitaine rarement sérieux ou voir de bons combats épiques, je vous conseille très fortement cet animé !

 

Samuel Quentin

Pandora Hearts

© http://www.yenpress.com/

Résumé : Oz est l’héritier de la famille Vessalius, la plus puissante des quatre grandes familles ducales de son pays. Venant de célébrer ses 15 ans, il se soumet à la cérémonie de passage à l’âge adulte que tout noble doit respecter. Cependant, ce qui devait n’être qu’une formalité prend rapidement une tournure imprévue :  Oz est envoyé dans l’Abysse, un monde parallèle où, selon la légende, sont relégués les pires criminels. Coopérant avec B-Rabbit, une Chain – nom donné aux habitants de ce monde –, il entreprend de retourner dans son monde, première étape de sa longue quête de réponses, notamment sur son crime qui pourrait être plus lié qu’il ne le pense aux souvenirs perdus de B-Rabbit, également appelée Alice. Mais ce qu’il ne sait pas, c’est que 10 ans ont passé depuis son entrée dans l’Abysse lorsqu’il revient dans le monde réel…

© http://www.yenpress.com/
© http://www.yenpress.com/

Mon avis : Super manga ! L’histoire est intéressante avec du mystère et plein de rebondissements ! Il est parfois assez compliqué de ne pas perdre le fil, car beaucoup d’événements mélangent le passé et le présent ainsi que les personnages ! Mais avec ce manga on ne s’ennuie pas !

Islem Amara

Mangazine n°9

Naruto

Naruto T1
© Editions Kana

 Naruto est un enfant que personne n’ose approcher à Konoha, le village caché des feuilles. La quasi-totalité des enfants y suivent une formation afin de devenir un jour des ninjas aguerris et peut-être même devenir Hokage, chef du village. Naruto ne rêve que de ça, mais tout le monde le considère comme un raté qui n’aura jamais la capacité de devenir l’homme le plus fort du village. Il comprend pourquoi les autres le rejettent le jour où il apprend qu’en lui sommeille l’un des neuf démons les plus puissants du monde, qui a un jour décimé le village.

 Naruto est un manga prenant et sans doute l’un des meilleurs shonen jamais paru. Le héros gagne en maturité au fil des tomes et l’histoire devient de plus en plus profonde. On éprouve beaucoup de sentiments pour lui, et on voit avec peine sa vie de solitude. Mais Naruto n’en reste pas moins le ninja le plus surprenant du village, qui nous fera toujours rire avec ses stratégies et ses techniques farfelues !

  

Vampire Knight

Vampire Knight T1
© Editions Panini Manga

Yuuki est élève à l’académie Cross, qui est divisée en deux parties : la Day Class et la Night Class. Les premiers sont des élèves normaux tandis que les seconds étudient et prennent leurs cours la nuit. Si Yuuki est préfète avec l’aide de son ami Zero, c’est parce que les élèves de la Night Class sont tous plus beaux les uns que les autres et les étudiants de jour profitent du changement de classe pour venir les voir, une foule qu’il faut canaliser ! Mais sous cet aspect léger se cache une vérité bien plus sombre : notre héroïne est là pour protéger les faibles humains de la Day Class contre les magnifiques vampires buveurs de sang.

L’académie est là pour instaurer une paix entre vampires et humains mais le directeur fait un pari bien dangereux. De son coté, Yuuki retient les foules alors qu’elle est secrètement amoureuse du chef de la Night Class, qui lui a autrefois sauvé la vie…

Vampire knight est également un manga renommé, écrit par Matsuri Hino et comme d’habitude, les dessins sont superbes. Entre magie et vampire, on ne sait plus qui est qui, et Yuuki va devoir faire un choix. Humain ? ou vampire ?

 

Elsa Souyeaux