Charlie n’est pas mort !

Malgré l’attentat du 7 janvier, Charlie Hebdo continuera d’exister et de se battre pour la liberté d’expression. Nous avons choisi de vous présenter cet hebdomadaire dont le dernier numéro continue à faire polémique.

Ce journal satirique, connu pour ses caricatures provocantes, représente la liberté d’expression « à la française ». En effet, il aborde les sujets d’actualité (religions, événements politiques, sportifs…) sans la moindre censure ni la moindre crainte. Il est aussi un des seuls journaux sans publicité et donc sans aucune pression de la part des investisseurs.

Depuis sa création en 1992, Charlie Hebdo rassemble les plus grands dessinateurs caricaturistes. Il lui arrive également de réaliser des reportages d’investigation. L’hebdomadaire est passé par de nombreuses étapes. L’une d’entre elles a été la publication, en 2006, des caricatures de Mahomet du journal danois Jyllands-Posten. Cela lui vaudra un procès ainsi que des réactions indignées d’une partie de l’opinion. Charlie gagnera le procès mais la rédaction continuera à recevoir de nombreuses menaces de mort.

Republishing a "Charlie Hebdo" cover - © Mona Eberhardt www.flickr.com/photos/monaeberhardt/16042986338
Republishing a « Charlie Hebdo » cover -©Mona Eberhardt www.flickr.com/photos/monaeberhardt/16042986338

Suite à l’annonce de la sortie d’une édition spéciale baptisée Charia Hebdo avec Mahomet comme rédacteur en chef, les locaux du journal ont été incendiés dans la nuit du 1er au 2 novembre 2011. A la suite de l’incendie, l’équipe de Charlie Hebdo a trouvé refuge pendant deux mois dans les locaux du quotidien Libération, avant de rejoindre de nouveaux locaux dans le 20e arrondissement de Paris.

Le 19 septembre 2012, une vive polémique éclate suite à la parution de nouvelles caricatures du prophète Mahomet, condamnées aussi bien par certains dirigeants politiques que par des instances religieuses. Deux plaintes sont déposées contre Charlie Hebdo, puis le site web du journal est piraté et rendu inaccessible le jour même.

En novembre 2014, le directeur de la publication, Charb, lance un appel aux dons en raison des difficultés financières du journal et de l’accumulation de ses dettes. Même s’il rapporta 200 000 euros, cela semblait insuffisant pour sauver le journal de la faillite.

Ce mois de janvier 2015  aura donc  été marqué par l’attentat visant les dessinateurs emblématiques de Charlie Hebdo. Douze personnes ont perdu la vie au sein du journal, et cinq autres ont été assassinées, les deux jours suivants, dans des circonstances similaires. La France et même le monde entier leur ont rendu hommage, tant sur les réseaux sociaux avec la phrase désormais célèbre « Je suis Charlie » que lors de manifestations rassemblant des centaines de milliers de personnes. Deux temps forts se distinguent : le jeudi 8 janvier a été décrété journée de deuil national et le dimanche 11 janvier une marche républicaine a réuni plus d’un million et demi de personnes à Paris.

Je Suis Charlie; Tout Est Pardonne -© ^~^Pointyears www.flickr.com/photos/pointyears/16271059135
Je Suis Charlie; Tout Est Pardonne -© ^~^Pointyears www.flickr.com/photos/pointyears/16271059135

Avec un tirage d’abord annoncé à 3, puis à 5, et finalement à 7 millions d’exemplaires et des ventes tout simplement extraordinaires, Charlie Hebdo n’a pas fini de faire couler de l’encre…

 

Chloé Flamand & Valentine Daléas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *