Confidences de deux sabreurs…

Mathieu Belkessam et Clément Perrier, élèves de terminale S au lycée Théophile-Gautier, sont escrimeurs au pôle France sabre. Ils représentent lors des compétitions nationales Géménos, leur ville d’origine, et la France lors des compétitions internationales. Nous les avons rencontrés et leur avons posé quelques questions.

Qu’est-ce qui vous a poussés à intégrer le pôle France sabre ?

Clément : Je suis allé au pôle France sabre de Tarbes pour plusieurs raisons. Mon domicile, mon lieu d’entraînement et le lycée étant assez éloignés, j’avais beaucoup de mal à concilier mes études et le sport de haut niveau. Avec ces trajets pesants, les conditions idéales n’étaient pas réunies et je sentais que je ne pouvais pas m’impliquer totalement dans mon sport. Intégrer ce pôle me permettait alors de tester mes capacités et mes limites.

Mathieu : Ma sélection en équipe de France l’année dernière m’a beaucoup motivé et m’a montré de quoi j’étais capable. J’ai donc décidé d’intégrer le pôle France car les tireurs sont habitués à participer aux coupes du monde et ont ainsi une certaine expérience de l’international, ce qui représente un atout de progression majeur.

Pourquoi Tarbes ?

Clément : Tarbes est la ville dans laquelle se situe le pôle France sabre, soit la plus grande structure d’entraînement pour notre sport en France et dans notre catégorie. C’est pour cela que nous avons choisi ce lieu d’entraînement en plus des raisons précédentes.

Quel est votre rang national et mondial ?

Mathieu : 20ème national, 195ème mondial.

Clément : 16ème national, 241ème mondial.

Combien de temps par semaine, consacrez-vous à vos entraînements ? 

Mathieu : Nous nous entraînons tous les soirs du lundi au vendredi, ce qui représente environ quinze heures. L’entraînement du mercredi est plus conséquent et plus complet : préparation physique, déplacements, technique et matchs. Il dure trois heures environ, soit une heure de plus que les autres jours. En revanche, les weekends sont soit libres, soit passés en compétition.

Comment arrivez-vous à concilier études, entraînements et compétitions ?

Clément : Concilier le sport et les études avec le baccalauréat en fin d’année est surtout une question d’organisation et d’efficacité. Nous sommes obligés de travailler le soir après les entraînements mais nous sommes également contraints de respecter des cycles de sommeil corrects. Il ne faut donc pas prendre de retard, toujours être à jour et être avant tout efficaces.

L’escrime prend beaucoup de votre temps personnel. Ne devient-elle pas une contrainte ?

Mathieu : L’escrime nous prend beaucoup de temps en effet, mais nous nous organisons correctement. Il faut profiter des heures libres pour faire nos devoirs afin d’en avoir le moins possible après l’entraînement (à partir de 21h). Malgré tout, l’escrime reste un plaisir.

Arrivez-vous malgré tout à avoir du temps pour vous ?

Clément : Si nous parlons de temps de repos, d’amusement ou de sorties, nous avons les weekends lorsqu’il n’y a pas de compétition. En revanche, nous n’en avons pas en semaine.

A quelle fréquence avez-vous des compétitions ? 

Mathieu : En début de saison, les compétitions étaient nombreuses et importantes : circuit national juniors et coupes du monde juniors. Elles se sont déroulées sur quatre weekends d’affilée. En fin de  saison, deux grandes compétitions sont au programme : un circuit national seniors et une coupe du monde juniors.

Comment vivez-vous cette expérience de voyager un peu partout grâce à l’escrime ?

Clément : Il est vrai que nous voyageons beaucoup grâce à l’escrime, cela nous permet de parcourir la France, comme Paris (75), Tours (37), Lyon (69), Caen (14), Annecy (74), Orléans (45), Bourges (18), Dijon (21)…  Et aussi de partir à l’étranger, comme à Londres (GBR), Eislingen (ALL), Vienne (AUT), Moscou (RUS), Plovdiv (BUL), Sosnowiec (POL), Dormagen (ALL), Novi Sad (SER). Cependant, pour être honnêtes, nous n’avons pas le temps de visiter toutes ces villes, nous ne voyons que très peu de choses, mais c’est déjà bien.

Qu’avez-vous prévu pour vos études après le bac ?

Mathieu & Clément : Notre projet post-bac n’est pas encore très bien défini, mais il est clair que les études auront la priorité sur l’escrime.

Chloé Flamand & Emma Ramos de Fonseca