Échange avec un lycée tchèque : Tarbes à Trutnov

Se lever à quatre heures du matin, ce n’est jamais facile, surtout un samedi. Mais ce samedi 6 avril n’était pas comme les autres… Nous partions enfin pour la République Tchèque ! Malgré un rendez-vous à 5h45 place de la Préfecture, nous ne partîmes finalement qu’à 6h30. Et la journée s’écoula, trente-neuf jeunes, deux chauffeurs et surtout nos trois accompagnateurs David Tufnell, Alison Steven et Olena, l’assistante d’anglais, que nous ne remercierons jamais assez pour le cadeau qu’ils nous ont fait…

Dimanche au petit matin, après une nuit dans un dormoir roulant, nous nous sommes réveillés à Prague : sur le chemin du petit déjeuner, nous nous sommes aperçus d’une part qu’il faisait très froid, d’autre part que cela semblait être une belle ville. Sentiment confirmé lors de notre longue visite au Château de Prague ! De 9h00 du matin jusqu’à 13h00, nous vîmes des merveilles, comme la salle de Bal, le donjon, la basilique Saint-Georges… Personnellement, j’ai adoré Golden Lane, la « Ruelle d’Or », une longue rue bordée d’un seul côté de maisons peintes de couleurs vives qui servent de musées historiques. Toutes ces maisons forment un seul premier étage composé de présentations d’armures et d’armes du Moyen-âge, ainsi que d’un impressionnant cabinet de torture qui fait son effet rien qu’en regardant les instruments qui s’y trouvent.

En sortant, nous avons dégusté pour la première fois un plat typiquement tchèque, dans un petit restaurant près du centre-ville : de la viande de bœuf trempée dans une sauce soit à la crème soit à la tomate, accompagnée du seul pain qu’on trouve là-bas, du pain de mie en quelque sorte… C’était étrange, mais bon dans l’ensemble. Enfin, avant de continuer notre route, nous avons passé l’après-midi à visiter le quartier juif : une vieille synagogue qui présentait des écrits apparemment anciens sur l’histoire de la religion, la Synagogue de style espagnol, grande, dorée, imposante… Et pour terminer, le mémorial de la Shoah et le vieux cimetière dont les tombes les plus anciennes remontent au XVème siècle…

Nous avons repris la route à 18h00, et enfin, après un trajet de vingt-sept heures, nous sommes arrivés à Trutnov, située à environ 130 km de Prague vers le nord-est, et nous y avons retrouvé nos correspondants !

Lundi matin, nous sommes allés en cours avec eux au Gymnasium Trutnov, constitué d’une seule enfilade de couloirs et d’escaliers sans espace extérieur propre au lycée. Cela explique un peu le drôle de geste de nos amis au début de la journée : aller à leurs casiers et changer leurs chaussures pour des sandales ! Ils nous ont expliqué que c’était pour ne pas salir le sol et pour être plus confortable, mais que cela ne durait que l’hiver. Certains eurent la chance de tomber en classe de français ; pour ma part, j’ai eu droit au cours d’Histoire en tchèque (!) puis au cours d’anglais, plus amusant, où j’ai eu l’occasion de participer un peu. Les deux dernières heures de la matinée furent consacrées à l’expression et à la création artistique, et les soixante-dix-huit jeunes excités que nous sommes dessinèrent sur de grandes feuilles de papier le symbole de notre amitié… L’art creusant les estomacs, nous prîmes ensuite le chemin du self où nous avons mangé de nouveau un repas tchèque, tout aussi bon. C’est là que nous nous fîmes la remarque que les Tchèques ne buvaient pas d’eau plate, rien que de l’eau aromatisée, de l’eau gazeuse ou du thé froid aux fruits.

L’après-midi fut un grand moment, du moins pour les connaisseurs de bière : nous visitâmes une brasserie, non pas le lieu où l’on boit de la bière, mais celui où on la fabrique ! D’après les spécialistes, la bière Krakonoŝ (prononcer Krakonoch) est très bonne !

Le soir, nos correspondants nous rendirent la politesse en nous présentant leur région sur Power Point.

Mardi matin, nous allâmes visiter un endroit formidable qui me fît une grande impression : les rochers d’Ardzbach, une formation de rocs gigantesques, taillés par le vent et la pluie, présentant des falaises, des défilés, un lac gelé, un étang souterrain, des escaliers verglacés, beaucoup de neige et de l’air pur. Ah ! sans oublier la Porte du royaume des Morts…

Prague  http://www.flickr.com/photos/fklv/2984581775/ - © fklv (Obsolete hipster)
Prague
http://www.flickr.com/photos/fklv/2984581775/ – © fklv (Obsolete hipster)

L’après-midi nous vit à l’ancien hôpital de Kuks, un très beau mais glacial château où le plus important est la Salle des statues : douze statues pour les vices, douze pour les vertus, se faisant face, imposantes et impressionnantes… Juste après, nous nous installâmes dans la chapelle de Kuks où une quinzaine de nos amis tchèques nous firent un récital en plusieurs langues (tchèque, français, anglais, espagnol, allemand), a capella, et rendu sublime par l’acoustique du lieu.

Mercredi fut une journée chargée. Le matin, nous visitâmes le Musée paysan de Krkonoŝke (prononcer Krokonochké), avec ses grandes peintures de campagne, son musée du ski, sa crèche animée contenant 300 personnages mouvants (une merveille réalisée en trente ans par un seul homme !), et à la fin son marché de l’artisanat où nous pûmes acheter quelques souvenirs. L’après-midi fut superbe : nous visitâmes une fabrique de verre, et nous vîmes des souffleurs en action : hallucinant !

Jeudi, dernier jour à Trutnov : nous partîmes pour le château datant de la fin Renaissance mais rénové à la fin du XIXème siècle Nové Mesto nad Metuji. Une pure merveille, aux chambres richement décorées, aux bureaux passionnants, aux plafonds en arche qui conduisent d’ailleurs très bien le son (je crois être la seule à l’avoir remarqué et à en avoir fait la remarque ; on m’a répondu « Il n’y a que toi pour remarquer ça ! »)… Nous sommes aussi allés en haut de la tour du château, en empruntant un escalier tellement raide qu’on aurait dit une échelle. Mais l’effort en valait bien la peine : d’en haut, nous pouvions voir toute la ville de Nové Mesto !

Après un repas dans une auberge perdue au fin fond d’une forêt humide et verdoyante, au bord de la rivière Metuji, nous prîmes la route de la Forteresse Josefov (prononcer Iosefov) : je crois ne m’être jamais sentie aussi à l’aise que là ! Ce n’est pas l’avis de tout le monde. En effet, la forteresse est en grande partie souterraine et ténébreuse. Claustrophobie et peur du noir furent à la fête… Surtout lorsque notre guide nous annonça qu’il nous fallait maintenant traverser un corridor à la manière des soldats du XIXème : dans le noir complet ! Heureusement, ce couloir n’était pas très large ; à moins d’avoir une imagination beaucoup trop débordante, c’était faisable…

Nous prîmes congé de nos amis de l’est vendredi matin à 8h00, lorsque nous remontâmes dans le bus pour passer la journée à Prague avant de continuer le soir sur Tarbes. Le matin, nous visitâmes nos deux derniers musées : le Musée Technique de Letna, un incroyable endroit rempli d’histoire des machines de transports, de la photographie, et surtout, la salle que j’ai le plus aimée, on se demande pourquoi, la bibliothèque et son musée historique rempli de vieilles presses d’imprimerie et de machines à écrire ! Après, nous allâmes au Musée Kampa, le Musée d’Art contemporain, où nous suivîmes au choix un guide en anglais ou un  guide en français qui, après nous avoir conduit de salle en salle toutes ornées de tableaux de l’artiste tchèque Frantisek Kupka, nous fit faire trois dessins : un du mouvement, un de musique classique, et un de musique pop. Vous n’avez pas idée comme c’est difficile de représenter le mouvement ou le son…

Notre dernier après-midi en territoire bohémien fut un quartier libre, de 15h00 à 18h45, histoire de faire un peu de shopping avant de remonter dans le bus pour vingt-cinq nouvelles heures de route et de rentrer à la maison, Home Sweet Home ! En conclusion, ce fut une magnifique semaine remplie de nouveautés qui restera à jamais un souvenir gravé dans nos mémoires.

 

Raphaëlle Senna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *