Des apprentis géologues

Nous sommes arrivés à Briançon le mardi midi. Le but de ce voyage géologique était de reconstituer, via une étude sur le terrain, l’histoire de la formation des Alpes. Après avoir déjeuné au gîte, nous avons commencé en douceur notre séjour par une initiation aux eaux vives avec un après-midi rafting, à Serre Chevallier.
Le lendemain, nous avons fait connaissance avec les deux guides qui nous ont accompagnés tout au long du stage : Pierre et Jean-Paul .
Ils nous ont initiés au vocabulaire spécifique à la géologie et nous ont rappelé quelques bases pour nous « remettre dans le bain » avant d’aller sur le terrain. Ils nous ont donné le « livret guide » qu’il fallait compléter tout au long du séjour : nous pouvions y consigner les paysages et les roches que nous découvrions. Le livret ‘geolpoch’ contenait des informations utiles : parmi celles-ci, une clé de détermination pour identifier différentes roches.
Nous nous sommes donc rendus au col du Lautaret pour une première lecture d’images. L’analyse de ce panorama de montagne a permis d’en expliquer les caractéristiques et d’en identifier les principales roches composantes, le granit et le gneiss.


Le lendemain, nous avons fait une randonnée dans le massif du Chenaillet où nous avons découvert des ophiolites : des « morceaux » de lithosphère océanique en plein milieu d’une chaîne de montagnes ! Après avoir gravi les quelques 800 mètres de dénivelé, nous avons, au moment du pique-nique, admiré un paysage majestueux assez différent de nos Pyrénées.
Enfin, pour notre dernier jour dans les Alpes, nous avons gagné le col de l’Izoard où nous avons identifié du gypse, une roche blanche très friable, qui aurait permis le déplacement, ou « charriage », d’immenses blocs rocheux. Nous avons  également vu les sources thermo-minérales du plan de Phazy : été comme hiver, la température de l’eau est d’environ 27°C. Ce phénomène dû à une faille dans la roche, permet à une eau située très loin en profondeur de remonter rapidement et donc de conserver sa chaleur. Pour clore le séjour, nous sommes allés à Saint-Clément, un site très connu des géologues, où nous avons pu voir le résultat d’un contexte de convergence et de collision, un spectaculaire plissement de la roche.


Ce séjour a donc été une expérience très enrichissante qui a permis aux élèves de mieux appréhender leurs cours : il est toujours plus facile de comprendre avec un exemple sur le terrain.  

 Émeline Boué et Juliette Momas