Hommage à un monument de la Littérature

Né le 6 mars 1927 à Aracataca, en Colombie, le Prix Nobel de Littérature 1982, géant dans son genre, Gabriel García Márquez nous a quittés le 17 avril 2014, à l’âge de 87 ans.

Aîné d’une famille de onze enfants, le jeune Gabriel est élevé par ses grands-parents maternels, qui ont eu une grande influence sur sa vie et son œuvre. En effet, la figure du Colonel Nicolás Ricardo Márquez Mejía et de Doña Tranquilina Iguarán Cotes de Márquez sont des modèles certains de quelques-uns des grands personnages de l’écrivain.

Gabriel García Márquez, alors lycéen à Bogotá, commence à écrire de la poésie, après sa rencontre avec deux autres grands poètes colombiens, Eduardo Carranza et Jorge Rojas. Par la suite, il commence des études de droit, qui ne lui plaisent pas, attiré qu’il est par la littérature. Sa première nouvelle, La Troisième résignation, est publiée dans un quotidien le 13 septembre 1947.

Le Centre Culturel Gabriel García Márquez à Bogotá - © »Мσιιч« - http://www.flickr.com/photos/lmolinac/4376173427/
Le Centre Culturel Gabriel García Márquez à Bogotá – © »Мσιιч« – http://www.flickr.com/photos/lmolinac/4376173427/

Après les émeutes de 1948, García Márquez part pour Carthagène, où, tout en continuant ses études de droit, il intègre le journal El Universal en tant que chroniqueur. 

Il retourne vivre dans la ville de ses parents, Barranquilla, écrivant éditoriaux, colonnes et critiques cinématographiques pour plusieurs journaux. Encouragé par le poète Álvaro Mutis, il termine son premier roman, Des feuilles dans la bourrasque, publié en 1955.

De 1955 à 1957, il est envoyé comme correspondant en Europe. Il séjourne à Genève, à Paris, à Londres, à Rome, traverse l’Autriche, la Hongrie et même la Russie. Durant de nombreuses années, il est journaliste politique, mais aussi scénariste pour le cinéma. Grâce à sa notoriété, il a pu faire avancer les pourparlers de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla (principalement l’Armée de Libération Nationale). Il était aussi un proche ami de l’ancien président cubain Fidel Castro. Enfin, en 2007, il soutient l’indépendance de Porto-Rico avec plusieurs autres personnalités latino-américaines à travers la Proclama de Panamá.

Cependant, si Gabriel García Márquez est mondialement connu, c’est principalement pour ses romans, pour lesquels un nouveau genre  a été inventé : le réalisme magique, car dans des contextes historiques et géographiques précis, des éléments magiques ou surnaturels font leur apparition. Ainsi, on se souvient de son grand succès qui lui a valu la gloire, Cent ans de solitude, de L’Amour aux temps du choléra, de L’Automne du patriarche, de Chronique d’une mort annoncée

Couverture sud-américaine de Cent Ans de Solitude - © http://www.megustaleer.com.ar/ficha/ELE51218/cien-anos-de-soledad
Couverture sud-américaine de Cent Ans de Solitude – © http://www.megustaleer.com.ar/ficha/ELE51218/cien-anos-de-soledad

Diagnostiqué d’un cancer lymphatique en 1999, ayant réussi à s’en relever une première fois, il rend les armes définitivement le 17 avril 2014. En Colombie, trois jours de deuil national ont été déclarés, et nul doute qu’à travers le monde, les aficionados de littérature partagent cette peine.

Raphaëlle Senna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *