Emmanuel Picard, champion de billard

Pour ce focus, nous avons décidé de nous intéresser au Conseiller Principal d’Education du lycée, Emmanuel Picard. Nous n’allons pas vous parler de sa fonction dans l’établissement, mais de ce que beaucoup ignorent sur lui. Saviez-vous qu’un champion se cache derrière notre CPE ?

EP 2
© AMBT

Champion de la ligue Midi-Pyrénées une dizaine de fois, cinq titres de champion interrégional Grand Sud-Ouest, quatre participations aux championnats de France, on peut dire qu’Emmanuel Picard, l’un des CPE du lycée, est un sacré bon joueur de billard ! Il participe pour la cinquième fois aux championnats de France qui se tiendront à Épinal du 22 au 23 juin.

Comment avez-vous découvert le billard ?

 « Par hasard, à l’âge de 25 ans. Avec des copains, on passait des soirées, parfois des week-ends, dans des salles commerciales pour jouer au billard anglais, américain… et au billard français que j’ai découvert à ce moment-là.

EP 1
© AMBT

Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce sport ?

J’ai fait des études de STAPS, ma spécialité était alors le football. Je cherchais une autre activité de loisirs, moins exigeante physiquement. Avec le billard français je découvrais aussi un sport individuel, alors que, jusque-là, je n’avais pratiqué que des sports collectifs.

Quelle est la particularité du billard français ?

Au billard français, il n’y a pas de trou dans la table et on ne dispose que de trois billes alors que, sur les billards anglais et américains, l’objectif est de vider la table en faisant entrer les billes dans les trous. Au billard français, on dispose de trois billes et le principe est de toucher les deux autres avec sa propre bille. Tant qu’on continue, on marque des points et le premier joueur qui arrive à la distance-points à réaliser a gagné.

Le billard : sport physique ou sport mental ?

Et l’un et l’autre ! Contrairement à ce qu’on peut penser, passer toute une journée à jouer au billard français est éprouvant physiquement, même si la dépense énergétique est moindre qu’au foot ou au rugby. L’effort est aussi mental dans la mesure où une concentration de tous les instants est nécessaire. A la fin de la journée on est vraiment fatigué. Pas de courbatures ou de contusions comme dans d’autres sports, mais une journée de billard fatigue.

Quelles sont les qualités nécessaires à un bon joueur de billard ?

En particulier, une capacité de concentration importante et une qualité gestuelle suffisante puisque, jouant avec un « engin », il faut une coordination motrice importante pour pouvoir réaliser ce que l’on souhaite. C’est avant tout ces qualités : concentration, application et qualité gestuelle, coordination motrice.

EP 3
© AMBT

Que vous apporte le billard ?

Ce que peut apporter toute activité de loisirs : c’est un passe-temps mais aussi une activité physique. Et puis, c’est aujourd’hui une passion et à ce titre, c’est un élément important de ma vie.

Vous entraînez-vous comme un sportif de haut niveau ?

C’est beaucoup dire… Il y a un entraînement nécessaire comme pour toute activité. Il est variable en fonction de mes disponibilités — j’ai aussi des obligations, qu’elles soient professionnelles ou familiales. Je compose donc mon planning d’entraînement en fonction de cela : mes heures d’entraînement varient de cinq heures quand je n’ai pas le temps à vingt heures par semaine.

Ce n’est pas trop dur de quitter vos cravates pour le nœud papillon en compétition ?

Non, ce n’est pas trop dur : de toutes façons, je ne porte pas systématiquement le nœud papillon pour chacune des compétitions. Et il m’arrive de jouer en polo, ce qui donne sans doute un style plus sportif au joueur de billard ! »

Mélanie Desmaries, Carla Lassalle et François Redon

 

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *