Isaac Asimov – Partie 1

— Salut ! Qu’est-ce que tu lis encore ?

Terre et Fondation, d’Isaac Asimov.

— Tu m’en diras tant…

— Si t’as du temps devant toi, je t’explique !

— A la base je comptais pas vraiment m’arrêter, mais je sens que je vais pas y échapper, donc, vas-y, je t’écoute.

— Bon… Déjà, est-ce que le nom d’Isaac Asimov te dit quelque chose ?

— Pas vraiment, non.

— Pourtant tu devrais. Tu te rappelles I, Robot en 2004 avec Will Smith ?

I, Robot
© UFD – http://www.allocine.fr/film/fichefilm-47739/photos/detail/?cmediafile=18381860

— Oui, j’avais adoré ce film !

— L’intrigue principale est basée sur deux nouvelles d’Isaac Asimov, même si le scénario du film s’en éloigne.

— Ah.

— Tu sais, les trois lois des robots ?

— Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, laisser un être humain exposé au danger ; un robot doit obéir aux ordres donnés par un être humain, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la première loi ; un robot doit protéger son existence sauf si son existence est en contradiction avec les première et deuxième lois. Oui, et bien ?

— C’est tiré de la nouvelle « Menteur », du recueil Les Robots.

— Dis-moi, cet auteur, là, il est pas un peu obsédé par les robots ?

— Il a beaucoup écrit sur les robots, oui, mais il était surtout intéressé par la psychanalyse de ses personnages. Au fait, le film L’Homme Bicentenaire est aussi tiré d’une de ses nouvelles.

— C’est qui au juste, cet Isaac Asimov ?

— Il est né en 1920 en Russie, a émigré pour des raisons inconnues aux Etats-Unis en 1923, puis a été naturalisé américain en 1928 et a commencé à écrire des nouvelles à l’âge de 11 ans. Il a publié irrégulièrement dans des magazines pendant toute son adolescence. A 20 ans, John Campbell, qui dirigeait la revue qui a donné ses lettres de noblesse à la science-fiction, a été enthousiasmé par sa première importante nouvelle « Quand viendront les ténèbres », et l’a encouragé à se lancer dans une carrière professionnelle. Il est mort en 1992 du Sida, après avoir publié une œuvre de fiction extrêmement riche et plusieurs ouvrages de vulgarisation.

— C’est ce qu’on appelle une biographie éclair… Tu les apprends par cœur à chaque fois que tu lis un roman ou t’as un cerveau-éponge ?

— Attends, laisse-moi finir ! Le Cycle des robots, qui est composé de quatre recueils de nouvelles et de quatre romans, s’étend sur des millénaires. Il étudie comment un robot peut briser les trois lois, et pourquoi les robots peuvent être mal vus et rejetés par les humains.

Les cavernes d'acier
© Éditions J’ai lu – http://www.jailu.com/albums_detail.cfm?id=13222

— Peur de la différence et de la perfectibilité ?

— Exact ! Parfois, vous m’étonnez, cher Watson.

— Spoile pas le mois de janvier et termine sur tes robots, plutôt.

— Ah, euh, oui… Donc, ce grand Cycle est lui-même partagé en deux cycles : « Prélude à Trantor » et «Gloire à Trantor ». Ce qui n’est pas intéressant à savoir, c’est juste une transition pour te parle du Cycle de la Fondation

 Raphaëlle Senna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *