La com’ du PARVIS

Dans le cadre de la sortie de l’ATEM au PARVIS, nous sommes allés à la rencontre du service communication. Nous avons interviewé Aurélie Blain, chargée de l’information et Alice Levron, chargée des relations publiques.

ATEM : Pour commencer, quel est le rôle de la communication au sein du PARVIS ?

Aurélie Blain et Alice Levron : Notre première mission est de promouvoir la programmation du Parvis, toutes disciplines confondues, que ce soit le spectacle vivant, le cinéma, l’art contemporain… Notre seconde mission est de valoriser les artistes ainsi que l’image du PARVIS, faire en sorte qu’à l’extérieur on sache ce qu’il s’y passe en terme de programmation.

ATEM : Réalisez-vous vous-mêmes les publicités pour le PARVIS ?

Aurélie Blain et Alice Levron : Oui tout à fait. Il y a deux grands volets au niveau des supports dont on se sert pour communiquer : le support « offline » qui concerne tout document imprimé (affiches, flyers, programmes, brochures, magazines…) et aussi le support « online »(le site internet, les réseaux sociaux, emailing…).

ATEM : Quels sont vos partenaires et comment sont-ils choisis ?

Aurélie Blain et Alice Levron : L’idée est de s’adresser au plus grand nombre. On sait bien qu’on ne peut pas aller voir les habitants un par un, donc on identifie des relais. Par exemple, un chef de comité d’entreprise va pouvoir diffuser l’information aux salariés de celle-ci. Le rôle de la chargée des relations publiques est d’identifier ces relais, de les rencontrer et de s’assurer qu’ils fassent leur part de travail.

ATEM : Les artistes viennent-ils vers vous, ou est-ce l’inverse ?

Aurélie Blain et Alice Levron : Cela va dans les deux sens, on leur tend la main mais ils ont besoin aussi de nous solliciter. Au début à la naissance du PARVIS, nous devions aller vers eux, mais aujourd’hui ce n’est plus systématique dans la mesure où nous sommes reconnus. Il nous reste encore pleins d’artistes à découvrir.

ATEM : Dans la communication, comment se déroulent vos journées ? Quelles sont vos activités ?      

Aurélie Blain et Alice Levron : Il n’y a pas une journée qui ressemble à une autre, car quand on travaille dans la communication, on va avoir des tâches et des objectifs assez variés en fonction du jour et de la semaine. On peut par exemple avoir à faire quelque chose sur écran, en terme de conception, de création de documents visuels… On peut aussi passer une demie-journée ou une journée en extérieur pour, soit faire du suivi de fabrication, soit du suivi avec les imprimeurs ou de la diffusion… C’est un peu une veille permanente, c’est à dire faire attention à ce que tous nos documents papier se trouvent bien au sein du PARVIS ou dans nos différents espaces pour notre public. Parfois des urgences nous obligent à modifier le planning de la journée. elles sont prioritaires, ce qui se traduit par l’envoi de mails et  des communications téléphoniques.

ATEM : Quand vous préparez un spectacle, comment vous y prenez-vous pour en faire la publicité ?

Aurélie Blain et Alice Levron : A ce niveau là, tout se joue sur nos « chiffres de fréquentation ». Quand on programme un spectacle, on est toujours attentifs à ce que la salle soit remplie au maximum. Nous nous adaptons en fonction des objectifs que nous nous sommes fixés. En fait, certains spectacles  se « remplissent tout seuls ». En effet, de nombreux abonnés ont déjà repéré ce qui les intéresse et s’en emparent sans que nous ayons trop besoin de communiquer dessus. Cependant il y a d’autres  spectacles pour lesquels il nous faudra communiquer davantage sous forme d’affiches par exemple.

ATEM : Nous avons cru voir que le planning des spectacles est déjà défini au début de l’année. Est-ce vraiment le cas ?

Aurélie Blain et Alice Levron : C’est vrai qu’en terme de spectacle vivant tout est déjà défini en début d’année, après ce qui va se rajouter, c’est tout ce qui tourne autour de l’organisation des spectacles. Par exemple, se retrouver pour un bord de scène , rencontrer les comédiens, ça peut être avant le spectacle ou après, parler du travail de mise en scène, organiser un stage de danse… Toute la programmation est établie au mois de juin pour toute la saison, puis on « tricote » des petits événements dessus.

 

Thomas Caussade & Corto Garnier