La Porte des Abysses

La porte des Abysses

Le Cycle d’Alamänder

Alexis Flammand

Bonjour Mesdames et Messieurs, veuillez laisser vos préjugés à l’entrée, nous embarquons dans un roman de fantasy tel qu’on en lit rarement. Venez chatouiller les tentacules des poulpes géants, admirer la forteresse souterraine et capitale d’un empire étonnant. Saluez au passage sa divinité endormie qui repose dans la montagne, Anquidiath et ne tentez surtout pas de comprendre les lois de ce fameux empire à la logique (ou illogique ?) épatante. Serez-vous conquis par le jeune Maek qui rêve de devenir Assassin T’sank, un guerrier ultime, ou tenterez-vous d’élucider les mystères de la cité souterraine avec Jonas, le mage enquêteur ? En perdant sa maison ce dernier ne s’imaginait pas que pour la reprendre il aurait à fournir autant d’efforts et à s’impliquer dans les manipulations des cercles du pouvoir et pourtant le voilà parti, avec son démon familier, Retzel.

J’ai trouvé ce roman à la fois hilarant et prenant. L’auteur nous mène dans son jeu entre folie pure et logique absurde, rire et étonnement. Alors que nous tentons de mener l’enquête, nous nous retrouvons tout d’un coup sortis de nos certitudes et nous ne pouvons que rire des mésaventures des personnages. Retzel est tout simplement l’un de mes personnages préférés bien que peu présent  et ses rapports avec les humains m’ont bien fait rire. Dans ce livre rien ne se passe jamais comme prévu, en bien comme en mal. Nous sommes captivés par les personnages qui font face à cet absurde et à ces complots dérangeant leur vie. Entre un empereur à l’esprit insaisissable et une espionne trompeuse, Jonas nous emmène avec lui dans son enquête qui va changer sa vie et le mener  vers une grande quête telle celles qui forgent les héros. Ce rêve hallucinatoire m’a offert des heures plaisantes à suivre les péripéties en compagnie des personnages.

L’humour de l’auteur est omniprésent et contribue à rendre son univers indescriptible. Même si le début est très déroutant, nous finissons par nous laisser porter à dos de poulpes de combats, par nous laisser convaincre par la magie et par aimer les personnages. Nous ne nous lassons pas du côté jubilatoire du livre et attendons avec impatience de savoir comment diable les personnages vont réussir à se sortir de ces situations pour le moins … loufoques !

Mathilde Agro