L’Académie de dessin à Tarbes

Parmi nos anciens élèves de terminale L, nous comptons une étudiante qui est actuellement à l’Académie de dessin de Tarbes. Nous avons donc recueilli ses impressions sur la vie étudiante après le bac.

Mais tout d’abord, l’Académie de dessin qu’est-ce que c’est ?
Il s’agit d’un atelier de loisirs créé en 1998, qui accueille petits et grands, amateurs ou non, désireux de découvrir la manière de représenter le monde par la pratique du dessin. Sans classe de niveau ni d’âge, on y pratique le dessin à vue, le dessin d’objet, l’initiation aux couleurs, aux mélanges et aux contrastes, le tout dans une ambiance familiale et sérieuse.
Mais c’est également une classe préparatoire « Initiale » de formation aux métiers de l’image : une année intense de travail autour du dessin, de la couleur et des arts graphiques pour choisir, s’évaluer, s’orienter, se préparer…

Elora, étudiante à l’Académie de dessin, nous fait donc part de ses impressions.

© Elora Monforte
© Elora Monforte

Comment as-tu connu l’Académie de dessin ?

Je ne connaissais pas vraiment l’Académie de dessin avant, c’est une amie qui dessinait là-bas qui m’en a parlé et me l’a donc conseillée. Après m’y être rendue afin de voir un peu comment cela se présentait et de discuter avec les professeurs, j’ai su que c’était là qu’il fallait que je démarre. Depuis un bon moment je suis attirée par le dessin, en particulier le dessin animé. C’est dans cette voie-là que je voudrais m’engager et je me suis donc inscrite à la classe prépa de l’Académie de dessin.

© Elora Monforte
© Elora Monforte

Comment y entrer ?

Simplement en s’inscrivant ! Ils ne demandent pas de dossier ou d’entretien. Ni même de niveau spécifique d’ailleurs, un bon esprit suffit.

 

Quelles disciplines y enseigne-t-on ?

Nous avons en tout 20h de cours par semaine, mais nous comptons environ 25-30h de travail à la maison. Les cours sont très variés, nous avons :

– Le dessin à vue : 5h avec des pauses sur une installation, par exemple des chaises, des drapés, des plâtres, des fleurs… Mon dernier dessin à vue était une trompette avec de vieilles partitions. Nous travaillons toujours sur de grands formats (65×50) blancs ou teintés. Cet exercice apporte le sens de l’analyse des formes, développe la sensibilité au jeu d’ombres et de lumières et installe une relation étroite entre l’œil et la main. Les autres disciplines s’y articulent et en dépendent.

– Le croquis de modèle vivant : un modèle vient poser (habillé ou nu), nous disposons alors de quelques secondes ou minutes : cela peut varier de 10 secondes pour des enchaînements de poses ou 10 minutes pour des poses longues. On peut travailler au crayon gras, au stylo bic ou à la craie grasse. Et je vous assure que 2h de croquis de modèle vivant fatigue autant qu’une séance de sport ! Ça tire sur le dos, les bras, le cou et les mains. De plus, on nous contraint à travailler avec nos deux mains, autant vous dire que ce n’est pas évident au début !

– Les techniques graphiques : c’est un peu la boîte à outils. On touche absolument à tout. Gouaches, brosses, crayons, plumes, stylos-bille, pastels, papiers teintés, cartons de récupération, torchons …  On dessine de tout, jardins, racines, foule, drapés, insectes, arbres, églises, maisons, montagnes, vallées, forêts, ruines … Tout est prétexte à apprendre, à tester, en petit, en grand, en couleurs ou en noir et blanc.

– Les arts graphiques : la matière la plus importante. Les projets y sont variés : couverture de livre, logo, affiche, illustrations, recherches, scénographie… Nous disposons de 4h en ateliers pour faire des recherches, trouver de la documentation sur le thème de la semaine, avec l’aide de notre professeur. Le projet doit être rendu la semaine suivante. Gouache, crayons, pastels, toutes les techniques sont permises, imposées ou non, et sur tous les formats (imposés ou non). Durant l’année nous avons eu à faire une affiche pour le film La Nuit du Chasseur, une affiche de cirque, une illustration pour un calendrier, une illustration sur le conte de Barbe bleue, des recherches de décors et costumes pour La flûte enchantée et bien d’autres encore.

– L’étude documentaire ou dessin analytique : il s’agit de la reproduction d’objets, la plus précise possible, jusqu’à tromper le regard, est un élément central de la formation. On y apprend les structures, les matériaux, les couleurs mais aussi les techniques, les outils ; on y façonne son expression personnelle, son propre langage graphique.

– Les croquis extérieurs : croquis extérieurs à l’atelier, dans différents lieux, clos ou non. Durant l’année nous avons croqué au Théâtre des Nouveautés, mais aussi au Jardin Massey, à la gare, dans des cafés, au marché… J’aime beaucoup cette matière, le croquis nous aide à libérer notre main, nos traits, mais il crée aussi des souvenirs.

© Elora Monforte
© Elora Monforte

Êtes-vous nombreux ? L’ambiance y est-elle agréable ?

Cette année nous sommes quatre élèves. Trois bacheliers et une adulte qui veut se perfectionner. Et l’ambiance est absolument géniale. Nous nous entendons tous à merveille, c’est une ambiance très familiale, détendue mais aussi sérieuse. C’est agréable de travailler avec des gens sympathiques et surtout qui ont la même passion que vous. Je peux dire sans nul doute que tous les matins, je suis contente d’aller en cours, et presque triste quand arrivent les vacances.

© Elora Monforte
© Elora Monforte

Et la vie après le bac, comment ça se passe ?

Je ne sais pas si je peux vraiment dire que j’ai une vie d’étudiante étant donné que je vis toujours chez mes parents. L’Académie de dessin se trouvant à Tarbes, je fais une économie de loyer, qui n’est pas négligeable ! Mais je suis très autonome, je me gère sans problème. Et je dois dire que  travailler sur une illustration est nettement plus agréable que sur une dissertation de philo (rires) ! Ah, c’est sûr qu’il faut savoir s’organiser dans son travail et ses sorties. Je dis quelquefois non à des sorties en semaine à cause de mon boulot.
L’année prochaine je compte faire une seconde année à l’Académie afin de me perfectionner en dessin et en croquis, ensuite j’aimerais intégrer l’école d’animation de l’Atelier à Angoulême. Ils demandent une très bon niveau et je sais donc que je dois progresser encore pour avoir toutes mes chances.

Un mot pour la fin ?

Si vous aimez dessiner ou si vous voulez faire du dessin votre métier, je vous conseille fortement l’Académie de dessin, vous ne serez pas déçu ! Vous pouvez venir nous voir aux portes ouvertes le week-end du 6 et 7 juin.

 
Pour plus d’informations, visitez le site de l’Académie de dessin ou sa page Facebook.

Elora Monforte

La semaine prochaine nous parlera d’un projet réalisé avec l’Académie de Dessin : un portrait géant de Nelson Mandela pour la bibliothèque Mandela de Laubadère à Tarbes.

© Elora Monforte
© Elora Monforte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *