Le fantôme de la sonnerie

Mercredi 2 septembre. Les élèves des classes de Première et de Terminale font leur rentrée. Contents de revoir leurs amis, moins de retrouver leurs salles de cours. Derrière les masques, on ne reconnaît personne : « – C’est toi ? » Et non, raté, c’était quelqu’un d’autre.

Soudain, la sonnerie retentit. Étonnement, peur ou amusement, les réactions sont contrastées. La nouvelle sonnerie, le début du remix de la chanson « This Girl« , du DJ Français Kungs, fait l’unanimité contre elle, et le lycée n’est pas loin de voir émerger le #balancetasonnerie sur les réseaux sociaux. Heureusement, au bout de quelques jours, les tensions s’apaisent et ceux qui se plaignent ne le font plus que du bout des lèvres.

Mais un jour, une nouvelle nouvelle sonnerie apparaît ! Cette fois-ci, ça suffit ! Le changement on veut bien, mais pas tous les trois jours non plus. Le mécontentement est général et dure. Monsieur Manac’h, notre proviseur, sans doute informé par ses espions de la baisse du moral des troupes, remet alors Kungs comme sonnerie. Les semaines s’écoulent paisiblement au lycée et les vacances de la Toussaint arrivent.

Après celles-ci, vous vous en doutez, les habitudes des élèves sont à nouveau bousculées par la nouvelle sonnerie One du groupe U2, puis par Goldeneye de James Bond. La résignation, puis les questions s’emparent d’eux : M. Manac’h se serait-il assis sur son clavier (mais si, ce fameux clavier ultra-secret qui commande la sonnerie) ? Cela pourrait expliquer son dysfonctionnement. Mais il ne faut pas oublier M. Hellio, qui, derrière son air innocent, pourrait bien être à l’origine de ce dernier revirement de situation qui fait désormais résonner Fly Me To The Moon de Franck Sinatra cette semaine dans les couloirs du lycée… Quoi qu’il en soit, comptez sur l’équipe de Théonet pour continuer cette enquête et démasquer le coupable !

Romain Bounet