Les nano cartes face au Raspberry Pi

Depuis quelque temps, un nouveau format de cartes mères est apparu sur le marché : l’ITX. Parmi ces cartes de taille très réduite, la plus petite est la Pico-ITX.

VIA Pico-ITX ©VIA Gallery - https://www.flickr.com/photos/viagallery/2290654026
VIA Pico-ITX ©VIA Gallery – https://www.flickr.com/photos/viagallery/2290654026

Les Pico-ITX sont des cartes mères classiques mais extrêmement petites car elles mesurent 10 cm par 7,2 cm, soit presque la taille d’une carte à jouer ! Ce format est principalement produit par Via technologies. Selon l’entreprise, ce type de cartes mères permet la mise au point de nouveaux appareils.

Cependant, elles présentent deux inconvénients majeurs : leur prix trop élevé et le fait que l’alimentation doit obligatoirement se faire par un bloc d’alimentation, ce qui signifie que l’utilisation sur batterie est impossible.

Ainsi, le prix des moins chères de ces cartes tourne autour de 300 € auquel il faut ajouter celui d’une mémoire RAM, d’un disque de stockage, d’une alimentation, d’un ventilateur boîtier…

De plus, l’appareil n’est pas très fonctionnel en l’absence de carte graphique et de wi-fi. Même dans une configuration de bas de gamme, le rapport qualité-prix est mauvais, d’autant que l’alimentation ne permet pas une utilisation mobile et qu’il faut encore ajouter un boitier !

  • Bref, le concept pourrait être intéressant si Via tecnologies résolvait ces deux problèmes et proposait toute une gamme de composants compatibles de taille réduite, un boîtier permettant une parfaite mobilité et surtout une batterie…

Il existe une autre solution : le Raspberry Pi…

Son plus gros avantage est son prix : 30 £ (soit a peu près 40 €) pour la dernière version, le Raspberry Pi 2. Mais il possède un processeur ARM (comme on en trouve dans les tablettes et les smartphones) ; cette architecture est très intéressante pour son prix modique ainsi que sa faible demande énergétique, ce qui permet au Raspberry Pi d’être facilement alimenté par un câble usb ou une petite batterie de 5v, donc mobile ! La mobilité et le prix,  les deux points capitaux sur lesquels les Pico-ITX ont tout faux. Et c’est bien dommage !

Raspberry Pi©Jan Grosser - https://www.flickr.com/photos
Raspberry Pi©Jan Grosser – https://www.flickr.com/photos
Cependant le Raspberry Pi n’est pas aussi  puissant que le Pico ITX, faute d’une architecture digne d’une tablette !
De plus, le processeur ARM ne permet ni l’exécution de logiciels pour ordinateurs (architectures 32/64 bits) ni  l’installation de systèmes d’exploitation 32/64 bits tels que Microsoft Windows, Ubuntu, Linux Mint.. Les seuls logiciels exécutables sont les applications compilées pour les appareils ARM (applis android, versions ARM…), de même pour les systèmes d’exploitation, c’est-à-dire Android et les versions mobiles des autres systèmes.Toutefois, une version de Windows spéciale Raspberry Pi ainsi que plusieurs distributions Linux ont été recompilées pour les machines ARM.
Enfin, il faut ajouter que la version 2 du Raspberry Pi est très puissante par rapport aux précédentes.
Bref, je pense que le Raspberry Pi est largement adapté aux utilisations quotidiennes des particuliers.

Antoine Gauer

Mise à jour

Pendant que l’article d’Antoine était en attente de publication, le Raspberry Pi a subi une évolution spectaculaire, non seulement en taille (65 mm x 30 mm x 5 mm) et en poids (9 g), mais aussi en performances et surtout en prix : pour seulement 5$ — oui, oui, vous avez bien lu : moins de 5€ ! — le Raspberry Pi Zero dispose d’un processeur Broadcom BCM2835 désormais cadencé à 1000 Mhz contre 700 Mhz pour la première version du Raspberry Pi (soit un gain de rapidité de 40% selon le site du concepteur), d’une SDRAM LPDDR2 de 512 Mo (le double de la première version) et d’un slot pour carte microSD.

 

©https://www.flickr.com/photos/127899393@N04/
©https://www.flickr.com/photos/127899393@N04/

Côté connectique, il est équipé de deux prises micro USB (dont une pour l’alimentation) et d’un port mini HDMI qui viennent remplacer la prise Ethernet, les 4 ports USB et la sortie jack audio/vidéo du premier Raspberry Pi.  Miniaturisation oblige, il faudra prévoir des adaptateurs pour le connecter à un écran ou à des périphériques USB.

Malgré ce bémol, le Raspberry Pi Zero est une affaire assez extraordinaire. Les passionnés l’ont d’ailleurs bien compris : quelques jours à peine après sa sortie, il est déjà indisponible ! S’il vous intéresse, il faudra donc surveiller les réapprovisionnements !

Jean Cahuzac

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *