Quand la musique s’en mêle…

Alice Sarrazin est une ancienne élève de Théo dont le parcours est plus qu’intéressant. J’ai eu la chance de pouvoir la rencontrer récemment et elle a eu l’amabilité de répondre à quelques-unes de mes questions. Je vous présente donc un petit récapitulatif de son parcours plutôt atypique.

Alice a commencé la musique à l’âge de six ans au conservatoire de Tarbes. Elle a poursuivi l’apprentissage du violon, sans pour autant être inscrite dans une classe CHAM au collège. Elle a fait sa seconde et une première scientifique au lycée Théophile-Gautier. Dès la première, elle a commencé à faire des allers-retours entre Tarbes et le conservatoire de Toulouse, avant de décider de passer son bac au lycée St-Sernin de Toulouse, où elle l’a obtenu avec une mention bien. Alice a toujours souhaité devenir violoniste d’orchestre. A mes questions, elle répond qu’elle ne pourrait pas vivre sans la musique car, grâce à elle, on peut tout exprimer : c’est une langue universelle.

Après avoir étudié pendant trois ans à Toulouse, Alice, qui déclare avoir toujours voulu étudier à l’étranger, apprendre une nouvelle langue et découvrir une autre culture, se trouve aujourd’hui depuis deux ans et demi à Freiburg en Allemagne, dans une Musikhochschule. L’Allemagne est reconnue pour être le pays de la musique : dans la région où elle se trouve, les écoles de musique sont au nombre de cinq.

Les études en Allemagne sont très différentes des nôtres. Les étudiants sont complètement autonomes. Bien que quelques cours soient plus ou moins obligatoires pour pouvoir valider les UV, les élèves ont le loisir de choisir leurs cours et leur emploi du temps. On entre dans cette école sur concours (environ deux ou trois places pour soixante personnes) et le cursus dure huit semestres, avec un examen à valider à la fin. La quantité de travail personnel est élevée et demande une motivation à toute épreuve.

Mais Alice ne fait pas que suivre ses études : depuis trois ans maintenant, la jeune violoniste fait également partie de l’Orchestre Français des Jeunes, formation dans laquelle il est difficile d’entrer et qui impose de repasser un concours chaque année.

Alice envisage d’être violoniste toute sa vie car le violon est sa passion. Nous l’encourageons de tout cœur à poursuivre son rêve !

Lucie Barresi