Star Trek : Into Darkness

Alors qu’il rentre à sa base, l’équipage de l’Enterprise doit faire face à une menace terroriste interne à l’organisation. L’ennemi a fait voler en éclat la flotte et tout ce qu’elle représentait pour notre monde, le faisant plonger dans le chaos. Le capitaine Kirk et son équipage se lancent alors à la poursuite de ce traître. Animés par la vengeance, ils vont essayer de neutraliser l’arme de destruction massive qu’est John Harrisson. Tous vont sortir changés de ce jeu d’échec mortel.

Quatre ans après Star Trek, J.J. Abrams revient et nous entraîne dans un nouveau film de science fiction. Nos deux amis Kirk (Chris Pine) et Spock (Zachary Quinto), ainsi que l’équipage composé de Zoé Saldana, Simon Pegg, Karl Urban, John Cho et Anton Yelchin, entre autres, sont menacés et/ou profondément blessés par l’attaque de John Harrisson, joué par un Benedict Cumberbatch (Sherlock, La Taupe, Cheval de Guerre) excellent dans ce rôle d’ennemi assez prétentieux. Cette gigantesque croisade nous permet de redécouvrir la galaxie et d’apprécier de beaux paysages accentués par la 3D. Cependant, après plus de cinq films, la saga ne commence-t-elle pas à s’essouffler ? Les intrigues sont entendues et sans surprise, la fin se devine sans peine. Star Trek n’est-il pas finalement qu’un film pour montrer les progrès du cinéma (3D, imagerie de synthèse, etc.) ?

 

Juliette Rigou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *