Théâtre : Fanny, César

Pour ce mois de mai, le théâtre du Pari accueillait en résidence la compagnie « Il est une fois » pour Fanny, César, suite de la trilogie de Marcel Pagnol. En effet, deux ans plus tôt, ils étaient déjà venus au Pari pour Marius. Le public conquis avait réclamé la suite, eh bien la voici. Durant un mois, Marseille et la Provence se sont donc installées à Tarbes. La visite de l’exposition donne le ton avec des peintures signées Suzanne Ballivet, des bateaux miniatures et la devanture du fameux « Bar de la Marine ». Le spectacle qui suit nous plonge dans l’ambiance marseillaise avec la silhouette de Notre-Dame de la Garde en arrière plan, il ne manque plus qu’un petit verre de pastis. Sur scène on se donne des tapes dans le dos, on rigole, on s’aime, on se dispute, on pleure… Les comédiens nous transportent avec plaisir dans leur aventure. C’est une mise en scène pleine d’énergie et d’émotions, mélangeant le texte des pièces de théâtre et les dialogues des films de la trilogie, que nous propose  le metteur en scène Marie Fabre, qui joue également le rôle d’Honorine sur le plateau : « En faisant à la fois la mise en scène et le rôle d’Honorine, c’est un peu plus compliqué, j’ai le souci du spectacle et je prends un peu moins de plaisir que lorsque j’ai un rôle à part entière. Je me régale à les regarder jouer depuis les coulisses mais quand je suis sur scène avec eux, c’est plus difficile. En revanche, ça a été un vrai plaisir de diriger les autres et de faire cette mise en scène. »

© Elora Monforte
© Elora Monforte

Parlez-nous de vos personnages :

Frédéric Achard /César : Le rôle de César est très vaste, surtout dans Fanny, César puisqu’il y a une évolution de quelques années. Moi, j’ai pris beaucoup de plaisir à interpréter ce rôle. C’est un personnage qui a beaucoup de facettes : il a la colère, le sentiment, le rapport avec son fils qui a évolué avec le temps. Sa colère qui est plus mesurée et même à 70 ans, s’il essaye toujours de se mettre en colère, il y arrive forcément moins. Le rapport avec ses amis aussi, avec M. Brun et Escartefigue, c’est toujours les mêmes rigolades. J’ai pris le rôle de manière très simple, j’ai lu le texte et j’ai essayé de voir ce qu’il me faisait à l’intérieur sans me rapprocher de ce qui avait été fait avant notamment par Raimu.

Yves Huet /M. Brun : C’est un personnage totalement décalé dans la pièce, c’est lui qui représente le point de repère du spectateur par rapport à toute cette bande de marseillais complètement déchaînés. C’est le côté intéressant du rôle. Moi j’aime beaucoup la scène du Pitalugue et je prends toujours beaucoup de plaisir à la jouer.

 Catherine Sparta /Claudine : C’est un personnage plutôt truculent puisque d’après l’écriture de Pagnol elle est bête. Jouer un personnage avec un niveau de conscience très bas, c’est très jouissif quand on est comédienne ! Je me grime facilement, il fallait trouver un accoutrement déjà très éloigné de la vie de tous les jours. Ce personnage-là m’a beaucoup plu parce que c’est un personnage, dans ce volet, plutôt comique et j’ai pris un énorme plaisir à le jouer.

 

© Elora Monforte
© Elora Monforte

Martin Kamoun /Marius : Dans cette pièce Marius est un peu moins présent mais il a de très belles scènes. J’attends une heure avant de rentrer sur scène mais ce que j’ai à faire est très beau. Donc Marius on l’attend, on attend qu’il revienne !

Jacques Chauvin /Escartefigue : Ce personnage c’est un faire-valoir ! C’est-à-dire que la difficulté de ce rôle c’est qu’il a certainement des choses à défendre mais il n’a pas vraiment de scène pour le faire, donc il réagit aux autres. Mais lui-même n’a que peu d’espace pour exprimer ce qu’il a et c’est pourtant quelqu’un qui souffre. C’est à la fois un beau rôle mais aussi très frustrant pour un comédien.

 

Marie Fabre /Honorine : Le rôle d’Honorine est beaucoup moins important que dans Marius. Il y a trois scènes dont une importante avec sa sœur Claudine et Panisse puis Fanny. C’est très amusant à faire, surtout avec Catherine qui joue Claudine. On s’amuse beaucoup, on rit beaucoup parce qu’il y en a une très grosse et l’autre très maigre. On a essayé d’être les plus belles possibles et je crois qu’on a réussi notre coup ! On est comme on a voulu, bien laides ! C’est un vrai bon moment.

Bernard Monforte /Panisse : C’est un rôle que j’aime beaucoup parce que c’est un personnage qui a des scènes comiques et émouvantes, c’est très agréable. J’aime beaucoup la scène où je viens demander à nouveau Fanny en mariage à sa mère Honorine qui est avec Claudine. C’est une scène comique et on prend beaucoup de plaisir à la jouer.

© Elora Monforte
© Elora Monforte

Marie, vous avez rejoint la compagnie pour interpréter le rôle de Fanny, comment l’avez-vous vécu ?

Marie Gutierrez /Fanny : J’ai rencontré la troupe dans des circonstances particulières parce qu’ils avaient prévu de faire cette résidence et il a fallu très vite remplacer la comédienne qui jouait le rôle de Fanny. J’étais à Paris et j’ai reçu un coup de téléphone du directeur de la troupe pour me dire qu’il faisait passer des auditions. J’ai donc été prise, à ma grande joie parce que c’est une expérience théâtrale qui s’avère passionnante autant humainement qu’artistiquement, c’est une rencontre assez formidable. De plus, le travail était très agréable, ce n’est pas toujours le cas, surtout quand il y a beaucoup de comédiens et qu’il y a peu de temps pour les répétitions. La pièce n’est pas très difficile mais il y a une partition à jouer qui est complexe dans la mesure où dans l’écriture de Pagnol il y a beaucoup de situations qui font appel à des émotions intenses qui changent rapidement. Il faut donc être assez virtuose sur le plateau et cela s’acquiert avec du temps de répétition et surtout par la connaissance des partenaires. C’est une question de partage, comme dans la vie. Comme j’étais la dernière arrivée et que je ne connaissais pas les autres, cela aurait pu prendre plus de temps et finalement ce fut très rapide. Parce que ces gens-là ont des qualités humaines qui font qu’on est très en confiance tout de suite et aussi parce qu’on s’est très bien entendu dans le travail, c’est une alchimie qui se fait plus ou moins selon les situations. Ce n’est que du bonheur.

IMG_9541
© Elora Monforte

Catherine, vous avez fait la mise en scène de Marius, qu’est-ce que cela vous fait d’être à présent sur scène avec les autres comédiens ?

Catherine Sparta /Claudine : Effectivement, j’ai fait la mise en scène du premier volet Marius et dans cette suite je rejoins mes compagnons sur scène. J’ai repris ma place de comédienne puisque je ne suis pas metteur en scène à la base et ça a été un véritable plaisir de partager le plateau avec les autres comédiens, dans le rôle de Claudine qui plus est !

Comment avez-vous vécu cette résidence au Pari ?

Frédérique Achard /César : On a vécu des moments très agréables, en particulier sur scène. J’aime beaucoup la scène où je parle de tous les bons dieux, les rouges, les jaunes, les bleus c’est très sympa. J’aime beaucoup la lettre aussi avec Fanny, c’est un moment d’émotion assez intense, avec du silence et du respect. J’ai des affinités avec Martin (Marius). Sur scène quand on est en face, il y a une très grande émotion qui passe entre nous. Avec Bernard (Panisse) c’est pareil, notamment dans la scène avec le Pitalugue. Ce sont des moments rares au niveau de l’engagement, du rire. On se fait plaisir, je pense qu’on s’amuse tous et c’est le principal.

 

Yves Huet /M. Brun : Ça a été un grand bonheur de jouer dans cette pièce, avec des gens que j’aime beaucoup. Ils sont tous d’un grand talent unique qui mériterait plus.

Martin Kamoun /Marius : C’était une belle résidence, on a fait un beau et bon travail. Encore une belle aventure « Il est une fois » !

© Elora Monforte
© Elora Monforte

Quelques mots sur le spectacle et la compagnie ?

 

Marie Fabre /Honorine /Metteur en scène de la pièce :
Cela a a été un plaisir de diriger les comédiens, de faire la mise en scène. Ce n’est pas mon métier, j’ai fait quelques mises en scène mais à chaque fois, oui c’est un plaisir. Je ne le fais d’ailleurs qu’avec plaisir, qu’avec des gens que je connais bien parce que je sais exactement, notamment Bernard (Panisse), comment il fonctionne sur scène et, du coup, c’est agréable. Je ne me sentirais pas de faire une mise en scène avec des comédiens que je ne connaitrais absolument pas. Bon, là je l’ai fait avec Marie (Fanny), je ne la connaissais pas, mais ça s’est très bien passé. Elle a été super. Il n’y a eu aucun souci, ils sont super, ils font tout ce qu’on leur demande et ils le font bien ! J’ai été surprise tous les soirs et c’est bien !

Bernard Monforte /Panisse /Directeur de la compagnie :
C’est un vrai plaisir de travailler sur du Pagnol, ca fait très longtemps que j’en avais envie et c’est très agréable. Je suis assez fier d’avoir eu l’idée de monter la trilogie à Tarbes avec la compagnie « Il est une fois ». L’équipe qui joue Fanny, César est une équipe dont la plupart des membres travaillent depuis très longtemps avec cette compagnie. On travaille, pour certains, depuis 29 ans, ca fait quand même pas mal de temps ! On se connait parfaitement, on s’apprécie mutuellement, donc il y a une très bonne ambiance. Ceux qui ont rejoint la compagnie récemment se sont très bien intégrés et c’est un vrai plaisir. C’est un réel plaisir aussi d’arriver à notre époque avec les circonstances actuelles à réunir neuf comédiens sur un plateau. Pour une compagnie locale ce n’est pas facile. C’est donc un bonheur de pouvoir réaliser ce genre de spectacle avec de nombreux comédiens sur scène. C’est important : pour des raisons économiques, on a de plus en plus de mal à réunir autant de comédiens sur un plateau, même les grandes compagnies ont du mal. Donc oui, c’est un grand bonheur d’arriver à ça.

© Elora Monforte
© Elora Monforte

La compagnie « Il est une fois » a donné une dizaine de dates de représentation au Pari dont une de Marius pour ceux qui ne l’avaient pas vu auparavant. On leur souhaite bon courage pour leur tournée dans la France entière, et pour la suite !

 

Elora Monforte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *