Une bouteille dans la mer de Gaza

Aujourd’hui, je vais vous parler du roman Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti.

« C’est une journée ordinaire à Jérusalem, un attentat moyen : un kamikaze dans un café, six morts, deux jours d’info à la télévision. Oui, depuis trois ans, l’horreur est devenue routine, et la Ville sainte va tout droit en enfer.

Tal, elle, ne s’habitue pas. Elle aime trop sa ville et la vie. Elle veut mourir très, très vieille et très, très sage.

Un jour, en plein cours de biologie, une ampoule s’allume au-dessus de sa tête, comme dans un dessin animé. Voilà des jours qu’elle écrit ce qu’elle a sur le cœur, ses souvenirs, la fois où elle a vu ses parents pleurer de joie, le jour de la signature des accords de paix entre Israéliens et Palestiniens, et puis la désillusion, la révolte, la terreur, et l’espoir quand même.

Ce qu’elle pense, ce qu’elle écrit, quelqu’un doit le lire. Quelqu’un d’en face. Elle l’imagine déjà, cette amie-ennemie inconnue aux cheveux noirs. Eytan, le frère de Tal, fait son service militaire à Gaza. Elle glisse ses feuillets dans une bouteille et la lui confie… » (Quatrième de couverture, L’Ecole des Loisirs)

une bouteille à la mer - ©tangi bertin - https://www.flickr.com/photos/tangi_bertin/3871419877
une bouteille à la mer – ©tangi bertin – https://www.flickr.com/photos/tangi_bertin/3871419877

Une bouteille dans la mer de Gaza se déroule pendant la seconde Intifada, la guerre entre Palestiniens et Israéliens. Ce roman, dans lequel les réalités géopolitiques sont racontées par des personnages fictifs, est très intéressant par l’originalité de son écriture : Valérie Zenatti mélange les points de vue des deux personnages principaux à partir des mails qu’ils s’envoient. L’histoire est entraînante et réellement émouvante. Je le conseille à tous ceux qui aiment les romans. Il est simple à lire, à comprendre et regorge d’événements qui se sont réellement déroulés.

A noter qu’une adaptation cinématographique, réalisée par Thierry Binisti, est sortie en 2012. 

Marie Izdag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *