Yves Saint Laurent

De : Jalil Lespert (24 mesures, Des Vents contraires)

Avec : Pierre Niney (20 ans d’écart, Les Emotifs anonymes), Guillaume Galienne ( Les garçons et Guillaume, à table ; l’Italien), Charlotte Le Bon ( La Stratégie de la poussette, Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté)

Genre : Biopic (film biographique)

Durée : 1h46

Date de sortie : 8 janvier 2014

 

© Thibault Grabherr et Anouchka de Williencourt / SND - http://www.allocine.fr/film/fichefilm-217634/photos/
© Thibault Grabherr et Anouchka de Williencourt / SND – http://www.allocine.fr/film/fichefilm-217634/photos/

 

Synopsis :

En 1958, Yves Mathieu Saint-Laurent reprend, à seulement 21 ans, la direction artistique de la maison de haute couture Dior. Après un premier défilé couronné de succès, il rencontre Pierre Bergé, amateur d’art de six ans son aîné qui deviendra l’amour de sa vie. C’est avec lui qu’il entreprend de fonder sa propre maison de couture trois ans plus tard et surmonte toutes les épreuves que cela comprend…

Ce film biographique retrace la vie de ce génie de la mode, de l’âge adulte jusqu’à sa mort. On voit derrière la vie de cet homme l’évolution de la société française (guerre d’Algérie, émancipation des mœurs) mais c’est surtout le portrait d’une magnifique histoire d’amour avec le couple Saint-Laurent/Bergé, thème plus que jamais d’actualité.

 

Ce que j’ai aimé :

D’abord l’excellente prestation des acteurs et leur implication qui apportent crédibilité et émotion à cette histoire. En effet, Pierre Niney a dû suivre des cours de dessin, de mode et un entrainement sportif pour ce rôle ; Charlotte Le Bon des cours de mannequinat, de danse et de maintien. Ajoutons que l’acteur principal a énormément travaillé sa voix pour qu’elle ressemble à celle plutôt aiguë d’Yves Saint-Laurent.

Ensuite, l’époque est très bien restituée : les décors, les voitures, la musique, les vêtements évidemment. La mode devient un vecteur de changements, une façon de se libérer. Le film souligne le talent de Saint-Laurent et sa passion pour ce qui, selon lui, « n’est pas un art majeur, […] n’est pas un art du tout, même ».

Enfin la fidélité de la transcription de l‘histoire (certains dialogues sont vrais) et de la personnalité complexe  d’YSL (de la gentillesse aux tendances dépressives) nous amène à connaître et à apprécier cette figure de la mode dont on côtoie le nom régulièrement mais dont on sait finalement peu.

 

© Thibault Grabherr et Anouchka de Williencourt / SND - http://www.allocine.fr/film/fichefilm-217634/photos/
© Thibault Grabherr et Anouchka de Williencourt / SND – http://www.allocine.fr/film/fichefilm-217634/photos/

 

Ce qui m’a déplu :

Il y a peu de choses, bien qu’au milieu du film ce ne soit qu’une succession de scénettes sur sa vie amoureuse homosexuelle (le film n’est pas tout public ), on le suit de fêtes en fêtes sans fil conducteur.

 

Conclusion :

Ce film nous place du point de vue de Pierre Bergé et rend hommage à Yves Saint-Laurent sans l’idéaliser. L’autre biographie, intitulée «  Saint Laurent » et prévue pour le 1er octobre 2014 sous la direction de Bertrand Bonello, pourra-t-elle être aussi fidèle ?

Lucie Haye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *