100 ans d’insuline !

Le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par la présence d’un excès de sucre dans le sang car le pancréas qui est censé sécréter de l’insuline pour réguler ce taux de sucre ne fait pas son travail.
Il existe deux types de diabète : le diabète de type 1 qui touche les enfants et les adolescents et le diabète de type 2 qui touche les adultes.
En France, trois millions de personnes souffrent actuellement de cette maladie. Parmi elles, 250 000 jeunes diabétiques de type 1 ont un système immunitaire qui dysfonctionne car il détruit les cellules du pancréas qui produisent l’insuline. Or sans cette hormone, c’est la mort assurée. Jusqu’en 1922, on ne vivait pas longtemps avec un tel diabète.
Le 11 janvier 1922, une équipe de chercheurs canadiens de Toronto injecte de l’insuline de bœuf à Léonard Thompson, un jeune malade en phase terminale âgé de 14 ans. Cet adolescent fut sauvé grâce à cette injection.
Suite à cette découverte magistrale John Mac Leod, Frédérick Banting, Charles Best et James Collip recevront le prix Nobel de médecine en 1923.  A cette occasion, Banting déclara : « L’insuline n’est pas une guérison pour le diabète, c’est un traitement. » Un nouveau traitement qui va sauver des millions de malades dans le monde.
En France, on découvre chaque année, parmi les enfants, 2 500 nouveaux cas de diabétiques de type 1. Ce nombre augmente chaque année de 4%.
Des progrès importants sur le traitement du diabète ont été réalisés depuis un siècle. Les aiguilles servant à l’injection de l’insuline sont devenues de plus en plus fines. Il existe désormais des stylos, des pompes. Les insulines sont plus pures, mieux tolérées, génétiquement améliorées et on a réussi à prolonger leur durée d’action.
 
Bientôt, on fera peut-être des insulines intelligentes encapsulées dans une poche stockée dans le péritoine qui ne seront libérées qu’en cas de besoin. 
 
Hélène Lafitte