Le nouveau visage de l’Allemagne !

Près de deux mois après le début des élections en Allemagne, le nom du Chancelier est désormais connu. En effet, dans la journée du 24 novembre, les sociaux-démocrates, les Verts et les libéraux ont finalement conclu un accord sur la gouvernance du pays pour les quatre prochaines années. Annoncé comme le favori, Olaf Scholz devient donc le successeur d’Angela Merkel.

Celui-ci met en avant ses ambitions de neutralité climatique de l’industrie, de numérisation et de modernisation du pays. La présence des Verts au sein de cet accord éclaire sur la question du climat, jugée comme essentielle. Par exemple, la consommation d’électricité dans le pays devrait provenir d’énergies renouvelables et 15 millions de voitures électriques devraient être en circulation d’ici 2030.

Cet accord est avant tout le résultat d’une coalition entre les Verts et FDP (le Parti libéral démocrate) dont l’idée principale est « d’oser plus de progrès ». Les enjeux primordiaux de cette alliance sont avant tout l’environnement avec un engagement pour la protection de l’environnement avec la sortie de l’Allemagne du charbon, d’ici 2030. Mais le futur Chancelier connaît bien la politique gouvernementale car il a lui-même assuré le rôle de Vice-Chancelier du pays durant 3 ans au côté d’Angela Merkel et a également été Ministre Fédéral des finances, du travail et des affaires sociales.

De plus, la répartition des ministères a été rapide entre les partis. En effet, Christian Lindner, du FDP, prendra en charge le ministère des Finances, tandis que le ministère de l’Économie, de l’Énergie et de la Protection du climat sera occupé par Robert Habeck, membre des Verts. Le ministère des Affaires étrangères sera lui, attribué à Annalena Baerbock des Verts, ceux de l’Intérieur et de la Défense aux sociales-démocrates Nancy Faeser et Christine Lambrecht. Un nouveau gouvernement paritaire avec donc des femmes à des postes stratégiques.

Du côté français, Emmanuel Macron se voit enthousiaste au vu de cet accord dont les idées fondatrices s’allient parfaitement avec la vision française sur l’Europe. Valérie Hayer, députée européenne française, se réjouit de cette alliance qu’elle perçoit comme « positive pour l’Allemagne » mais également telle qu’un « renouveau dynamique pour le couple franco-allemand ».

Olaf Scholz respectera la tradition en réservant sa première visite à la France. Emmanuel Macron devrait l’accueillir à Paris dès vendredi.

Justine Campo